Actualité scientifique

Musique, maestro !

La musique est un art, mais elle ne saurait se passer de science.
À l’occasion de cette Fête de la musique forcément différente
des autres, suivez les ethnologues, physiciens et autres mathématiciens qui tentent d’en percer tous les secrets.
Prototype de clarinette testé en salle semi-anéchoïque
Prototype de clarinette testé en salle semi-anéchoïque
© Cyril FRESILLON / LMA / CNRS Photothèque
Voir le média

La Fête de la musique aura nécessairement une saveur particulière cette année, entre libération collective et nécessaire tempérance liée au maintien d’un résidu persistant de mesures sanitaires. Mais elle aura surtout le mérite, comme chaque année, de nous rappeler combien la musique est un invariant, un bien universel, qui transcende les frontières territoriales et sociales.

Au-delà de sa dimension purement artistique, elle est aussi et surtout une culture partagée à travers le monde, et ce malgré l’extrême diversité des formes qu’elle revêt. « Dis-moi quelle musique tu produis, et je te dirai qui tu es… » C’est en somme ce que nous disent les ethnologues, qui parcourent le monde depuis des décennies pour étudier toute la subtilité des imbrications entre pratique musicale et cultures, qu’elles soient très locales ou au contraire mondialisées. Sur tous les continents, la musique est indissociable de nombreux rituels, fêtes et cérémonies. Elle soude les sociétés, tout autant que le langage. Et comme les sociétés, elle évolue en permanence, se détachant parfois de ses racines religieuses et symboliques pour prendre de nouvelles formes tout en continuant à tisser des liens entre anciens et contemporains. Elle devient alors un folklore, comme dans le cas des gongs, dont jouent les ethnies vietnamiennes de la région des hauts plateaux. Et parfois, à l’inverse, elle est un ancrage dans l’histoire, à l’image de ces chants religieux qui parcourent l’Andalousie chaque année à l’occasion de la semaine sainte. Plus près de nous, l’émergence du mouvement punk a cristallisé, autant que catalysé, l’aspiration de la jeunesse à davantage de liberté à l’égard de normes trop contraignantes.

Mais la sociologie, l’ethnologie et l’histoire ne sont pas les seules disciplines scientifiques à même d’être mobilisées pour saisir ce qui fait de la musique un art aussi unique. Voyez ainsi comment des chercheurs en neurosciences déploient des trésors d’ingénuité pour saisir les règles tacites de l’improvisation musicale, proches de celles du langage. Émerveillez-vous devant ce piano capable de reproduire seul la gestuelle inimitable de Chopin, grâce aux travaux de mathématiciens et d’informaticiens. Et remerciez ces physiciens qui s’escriment à percer les secrets des instruments pour les améliorer sans cesse, marchant dans les pas des plus grands luthiers de la Renaissance.

La musique est donc aussi une affaire de science et, en ce 21 juin, nous vous proposons une vaste sélection de reportages sur le sujet, à explorer avant d’aller écouter les musiciens de votre quartier exprimer à nouveau leur talent après un long silence.

Dossier du Journal du CNRS

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.