Voir le reportage
Usage restreint à la valorisation des projets sur la charpente de Notre-Dame de Paris
20190053_0056
© Cyril FRESILLON / AASPE / CNRS Photothèque

Enfouissement d'une barrette de chêne actuel dans du sable pour la carboniser à 400 °C

Référence

20190053_0056

Année de production

2019

Taille maximale

41.72 x 27.77 cm / 300 dpi

Légende

Enfouissement d'une barrette de chêne actuel dans du sable pour la carboniser à 400 °C. L'objectif est de déterminer avec le plus de précision possible l'origine géographique des bois exploités et utilisés pour la construction de la charpente de Notre-Dame de Paris, à partir des restes de l’incendie du 15 avril 2019. Cinq barrettes sont extraites de l'échantillon de chêne : quatre d'entre elles sont carbonisées à différentes températures et la dernière reste intacte. Elles sont toutes pesées et mesurées au banc dendrologique pour étudier les effets de la carbonisation. La recherche de l'origine biogéographique des arbres s'appuie classiquement sur une méthode de comparaison par paires entre des séries de largeurs de cernes de provenance inconnue et des chronologies représentant des sites d'origine potentiels. Par ailleurs, certaines compositions élémentaires du bois doivent refléter, au moins partiellement, les caractéristiques géochimiques des sols sur lesquels les arbres ont poussé, ce qui offre de bonnes perspectives pour l'identification de la provenance.

Institut(s)

Délégations(s)

Thématiques scientifiques

Issues du même reportage : Dendro-anthracologie: étude des charbons de bois archéologiques

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.