Retour au reportage Retour au reportage
20170088_0080

© Cyril FRESILLON / CEPAM / CNRS Images

Référence

20170088_0080

Vue des rochers de l’Impératrice et de l’Imperator depuis la cale du Relecq-Kerhuon (Finistère)

Vue du Rocher de l’Impératrice (à gauche) et du Rocher de l’Imperator (à droite) depuis la cale du Relecq-Kerhuon (Finistère). Dès le Tardiglaciaire, période succédant à la période glaciaire et caractérisée par d’importants bouleversements climatiques, la base du Rocher de l’Impératrice a servi d’abri. Cet abri-sous-roche fut essentiellement occupé au début de l’Azilien (Paléolithique supérieur), il y a environ 14 500 ans, comme campement par de petits groupes de chasseurs officiant dans l’actuelle rade de Brest, alors grande étendue steppique. Découvert en 1987, le site est fouillé à la faveur de campagnes successives chaque été depuis 2013. Les fouilles archéologiques ont permis la mise au jour d’un assemblage lithique homogène caractéristique de l’Azilien ancien et de plaquettes de schiste gravées, corpus graphique d’une importance artistique majeure, au niveau régional comme européen. Il s’agit des plus anciennes traces d’art en Bretagne, mais aussi des rares témoignages pour cette période du Paléolithique.

Institut(s)

Délégation(s)

Thématiques scientifiques

Issues du même reportage : L'abri-sous-roche du Rocher de l'Impératrice à Plougastel

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.