Retour au reportage Retour au reportage

Utilisation réservée à l’illustration des travaux de Laïla Nehmé

20190004_0014

© Hubert Raguet / Mission archéologique de Madâin Sâlih / CNRS Images

Référence

20190004_0014

Tombeaux rupestres monumentaux nabatéens taillés dans la nécropole dite du Jabal al-Khraymât, Hégra

Tombeaux rupestres monumentaux nabatéens à façade décorée et chambre funéraire, taillés dans la nécropole dite de Jabal al-Khraymât, massif rocheux situé à l’ouest de la cité antique de Hégra, dans la région d’Al-Ula, au nord-ouest de l’Arabie saoudite. Celui de gauche, numéroté IGN 94, est daté de 56/57 apr. J.-C. et appartenait à trois frères et à leur mère. Celui de droite, plus grand et de type dit proto-Hégra, est daté de 31/32 apr. J.-C. et appartenait à un homme qui le destinait à lui-même et à tous ses descendants mâles. La porte de celui de droite est surmontée d’un fronton triangulaire dont les trois acrotères supportent des urnes. Les tombeaux rupestres ont été creusés directement dans les massifs de grès, sans échafaudage (faute de bois), du haut vers le bas. Hégra, également appelé Madâ’in Sâlih (al-Hijr en arabe), cité nabatéenne la mieux conservée avec Pétra en Jordanie, est le premier site saoudien à avoir été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, en 2008. Depuis 2002, un programme franco-saoudien placé sous l’égide du ministère des Affaires étrangères et de la Saudi Commission for Tourism and National Heritage (remplacée à partir de 2021 par la Commission Royale pour AlUla), explore et fouille le site. (Légende L. Nehmé, CNRS).

Référent(s) scientifique(s)

Institut(s)

Délégation(s)

Thématiques scientifiques

Issues du même reportage : Cité antique nabatéenne de Hégra en Arabie Saoudite

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.