Actualité scientifique

Préserver la biodiversité, une urgence absolue

La Journée internationale de la biodiversité est l’occasion de célébrer les formes, aussi belles que variées, de la faune et de la flore sauvages et de faire prendre conscience de la multitude d’avantages que leur conservation procure aux populations.

Marquage d’un escargot de Quimper adulte, à la station biologique de Paimpont
Marquage d’un escargot de Quimper adulte, à la station biologique de Paimpont

© Jean-Claude Moschetti / Ecobio / CNRS Images

Voir le média

CNRS Images vous propose des clés pour mieux comprendre l’importance de la protection de la biodiversité. Le thème de cette journée internationale 2024 est « contribuez au Plan pour la biodiversité ». L'adoption du cadre mondial pour la biodiversité Kunming-Montréal, ou Plan pour la biodiversité , fixe des objectifs et des mesures concrètes pour stopper et inverser la perte de la biodiversité d'ici à 2050.

La biodiversité disparaît en effet à un rythme toujours plus soutenu, et presque plus aucun écosystème n’échappe au phénomène. Toutes les disciplines scientifiques (biologie, écologie, mais aussi économie, mathématiques, paléontologie par exemple) sont ainsi mobilisées pour faire face à ce défi majeur qui nous concerne tous. Car préserver la biodiversité, c’est tout simplement préserver notre environnement tout entier : chaque espèce qui disparaît porte un coup potentiellement fatal à son écosystème, lui-même imbriqué dans des écosystèmes plus grands…

Nous vous proposons de (re)découvrir des films et reportages, mais aussi des expositions, que nous avons consacrés à ce sujet au cours des dernières années. Vous pourrez aussi partir à la rencontre du biologiste Éric Karsenti, médaille d’or 2015 du CNRS, à l’initiative de l’expédition Tara Océans, un projet ambitieux et essentiel visant à cartographier la biodiversité marine, menacée plus que toute autre. Plus étonnant : les animaux eux-mêmes peuvent se transformer en chercheurs à leur manière, à l’image de ces tortues antillaises équipées de balises GPS, de caméras et de puces électroniques permettant de comprendre leurs déplacements et leurs habitudes alimentaires.

Plus globalement, les chercheurs ne sont pas seuls : leur rôle consiste également à sensibiliser les citoyens aux êtres vivants qui les entourent, et à la nécessité de leur offrir un habitat à même de favoriser leur développement. C’est en prenant conscience des dangers qui pèsent sur la biodiversité que chacun peut se muer en l’un de ses défenseurs.

20170115_0025
Open media modal

Tortue luth se dirigeant vers la mer après avoir pondu ses œufs sur la plage des Hattes, en Guyane. Cette plage, située sur la commune d'Awala-Yalimapo, est l'une des dernières grandes zones de ponte de tortues marines, et notamment de tortues luths. Le site est protégé par la mise en place de la réserve naturelle nationale de l'Amana, mais le nombre d'individus venant y pondre baisse d'année en année. Cette période de ponte est pour les scientifiques la seule occasion de collecter des…

Photo
20170115_0025
Tortue luth se dirigeant vers la mer après avoir pondu ses œufs sur la plage
20110001_0843
Open media modal

Sur le littoral méditerranéen, la buglosse crépue "Anchusa crispa" Viv., de la famille des Boraginaceae, endémique corso-sarde protégée, rare et menacée. Ici, en Corse, elle montre des fleurs à différents stades de développement, le long d'inflorescences scorpioïdes. Les boutons sont violets, les fleurs épanouies déploient des pétales bleus formant une corolle tubulaire dans laquelle les organes mâles et femelles sont proches. Cette corolle, terminée par une gorge fermée par un duvet blanc,…

Photo
20110001_0843
Sur le littoral méditerranéen, la buglosse crépue "Anchusa crispa" Viv., de la famille des Boraginac
20130001_1271
Open media modal

Echographie d'un mandrill, "Mandrillus sphinx". Elle permet de mesurer la taille des muscles intercostaux, la taille des testicules chez les mâles, repérer la vessie afin d'effectuer des prélèvements urinaires et regarder s'il y a des ganglions. Cette photo a été réalisée dans le parc de la Lékédi, près du village de Bakoumba, au Gabon, dans le cadre du projet "Mandrillus", dont l'objectif est d'étudier le mandrill, un singe africain vivant en forêt équatoriale. Ce parc abrite un groupe d'une…

Photo
20130001_1271
Echographie d'un mandrill, "Mandrillus sphinx"
20180081_0002
Open media modal

Scientifique observant un grand albatros mâle, "Diomedea exulans", âgé de 50 ans, sur l'île de la Possession, dans l'archipel Crozet, dans le sud de l'océan Indien. Cette photo a été prise dans le cadre du projet ERC Ocean Sentinel, qui équipe des pétrels et des albatros d'une balise nommée Centurion, dans le but de détecter les navires grâce à leur radar, et de repérer ainsi les navires de braconniers. En effet, dans les zones économiques exclusives (ZEE), les bateaux de pêche autorisés sont…

Photo
20180081_0002
Scientifique observant un grand albatros mâle, âgé de 50 ans, sur l'une des trois îles de l'archipel Crozet
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Dans ce tout premier épisode de #VaSavoir, Maxime part à la rencontre des serpents avec Xavier Bonnet et son équipe du Centre d'études biologiques de Chizé. Xavier Bonnet étudie les serpents depuis plus de 30 ans et est l'un des herpétologues français les plus reconnus. L'occasion rêvée de se demander s'il est bien raisonnable d'en avoir peur, mais aussi d'essayer de comprendre les mécanismes étranges de l'évolution et la nécessité de laisser de la place à la vie dans cette…

Vidéo
7572
Serpents sont de sortis (Les) - Va savoir #01
Open media modal

Face au réchauffement climatique, les récifs coralliens sont en première ligne. Avec l'augmentation de la température du globe, le corail blanchit et meurt. Ce déclin a un impact sur tout son écosystème. Serge Planes et Laetitia Hédouin, chercheurs spécialistes des récifs coralliens expliquent en quoi les recherches menées au CRIOBE sont cruciales pour tenter de sauver les coraux Cette vidéo a été réalisée dans le cadre de la campagne OneOceanScience organisée par l'Ifremer, le CNRS et…

Vidéo
7349
OneOceanScience
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Pour pouvoir protéger la tortue verte, espèce aujourd'hui menacée d'extinction, un Plan national d'action en faveur des tortues marines des Antilles françaises a été mis en place en Martinique jusqu'en 2027. C'est dans ce cadre qu'une équipe de 40 chercheurs et bénévoles plongent dans les eaux martiniquaises pour récupérer des tortues vertes depuis 2013. Les tortues sont équipées de balises GPS, de caméras ou de puces électroniques avant d'être relâchées. Ce marquage…

Vidéo
6544
Tortues instrumentées (Les)
Open media modal

La médaille d'or du CNRS 2015, distingue cette année le biologiste cellulaire Eric Karsenti, directeur de recherche émérite au CNRS. Il évoque ses recherches qui ont été marquées par des découvertes majeures sur la régulation du cycle cellulaire, mécanismes permettant aux cellules de se diviser. Il a effectué une grande partie de sa carrière au Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) en Allemagne. Eric Karsenti a également été un pionnier des approches interdisciplinaires en…

Vidéo
4672
Eric Karsenti, l'émergence de la complexité
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Phénomène encore mal expliqué, les tortues Luth se rendent chaque année, entre janvier et août, sur la plage d'Awala Yalimapo pour enterrer leurs oeufs. Le cycle de reproduction de ces tortues géantes est étudié par des chercheurs de l'IPHC, qui travaillent dans une réserve littorale se situant dans l'estuaire du fleuve Maroni. Damien Chevallier et son équipe ont émis un constat alarmant lors de leurs recherches sur le comportement de cette espèce de tortue marine. D'après plusieurs…

Vidéo
6403
Géantes de Yalimapo (Les)
Open media modal

La surface de la terre est recouverte environ à 70,8% par les océans. Ce formidable réservoir de biodiversité abrite des millions d'espèces. Trois chercheurs, Gilles Le Boeuf, Nadine Le Bris et Nathalie Niquil nous exposent les impacts du dérèglement climatique sur l'environnement marin. Les multiples altérations, dont l'homme est à l'origine, fragilisent les écosystèmes océaniques et lui font perdre son rôle de régulateur naturel du climat. Ces bouleversements qui…

Vidéo
4481
Océans : réservoir de biodiversité
20220112_0009
Open media modal

Camp de base d'un dispositif d'accès à la canopée situé à 18 m de haut, au cœur du bois de Grandmont, à Tours. Ce dispositif permet à l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI) d'étudier l'impact du changement climatique et de l'urbanisation sur les insectes forestiers. L’opération Canopée vise à concevoir des dispositifs d’accès à l’étage supérieur de la forêt, afin d’explorer la dynamique de la biodiversité et la façon dont elle fait face aux contraintes dans des…

Photo
20220112_0009
Camp de base d'un dispositif d'accès à la canopée, bois de Grandmont, Tours
20220143_0035
Open media modal

Crocodile du Nil, "Crocodylus niloticus", dans l'eau du Delta de l'Okavango, au nord du Botswana. Le fleuve Okavango s’arrête au milieu du désert du Kalahari. Ce phénomène géologique rare est qualifié de "système endoréique", ce qui signifie que ses eaux ne gagnent pas la mer ou l’océan. À chaque hiver austral, l'eau de pluie tombée en Angola descend le fleuve et est piégée dans le cône alluvial. La crue progressive dure plusieurs mois et concentre durant cette période un écosystème d'une…

Photo
20220143_0035
Crocodile du Nil, "Crocodylus niloticus", dans l'eau du Delta de l'Okavango, au Botswana
20210036_0149
Open media modal

Marquage d'un escargot de Quimper adulte, "Elona quimperiana", à la station biologique de Paimpont, en Ille-et-Vilaine, en région Bretagne. Ce gastéropode est présent un peu partout en centre Bretagne et sur la côte, et notamment à la station de Paimpont, qui se situe à la limite de son aire de distribution. Cette population est suivie par marquage et recapture, ce qui permet d'estimer l'effectif de la population. Il est possible aussi de suivre des individus à plus long terme, quand ils sont…

Photo
20210036_0149
Marquage d'un escargot de Quimper adulte à la station biologique de Paimpont
20210036_0150
Open media modal

Marquage d'un escargot de Quimper adulte, "Elona quimperiana", à la station biologique de Paimpont, en Ille-et-Vilaine, en région Bretagne. Ce gastéropode est présent un peu partout en centre Bretagne et sur la côte, et notamment à la station de Paimpont, qui se situe à la limite de son aire de distribution. Cette population est suivie par marquage et recapture, ce qui permet d'estimer l'effectif de la population. Il est possible aussi de suivre des individus à plus long terme, quand ils sont…

Photo
20210036_0150
Marquage d'un escargot de Quimper adulte à la station biologique de Paimpont
20210123_0016
Open media modal

Grenouille adulte atélope jaunâtre, "Atelopus flavescens" écotype orange, dans un vivarium de la Plateforme d'étude expérimentale amazonienne (PLEEA), sur le site de Montabo, à Cayenne en Guyane. Ces amphibiens sont nourris avec des mouches drosophiles élevées sur place. Des papillons de la sous-famille des "Heliconiinae" et de la tribu des "Ithomiini" sont aussi élevés et étudiés dans une autre serre. Ces espèces servent de modèles d'étude pour documenter et comprendre les mécanismes évolutifs…

Photo
20210123_0016
Grenouille atélope jaunâtre écotype orange au sein de la Plateforme d'étude expérimentale amazonienne
Open media modal

Marie Charpentier, biologiste de l'évolution au CEFE-CNRS (Centre d ' écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier) et coordinatrice du Projet Mandrillus, créé début 2012, s ' est rendue en avril 2013 au parc de la Lékédi, dans la province du Haut-Ogooué au Gabon. Elle étudie depuis un an et demi, une population de mandrills sauvages habitués à la présence humaine afin de connaitre les différents déterminants des relations sociales entre membres d ' un même groupe et l ' impact de ces…

Vidéo
4150
Bakoumba, la forêt des mandrills
Open media modal

Film réservé à la consultation

Antoine Spire s'entretient avec Franck Courchamp, écologue, directeur de recherche au laboratoire Ecologie, systématique et évolution au CNRS. Depuis les serres expérimentales de son laboratoire à Orsay, il répond aux questions d'Antoine Spire. Franck Courchamp s'intéresse aux espèces animales menacées ou en voie de disparition. Ses modèles d'étude tel le renard insulaire de Californie ou les suricates d'Afrique du Sud lui permettent de cerner…

Vidéo
2060
Comment préserver la biodiversité
20110001_1542
Open media modal

Certains requins à pointes noires, "Carcharhinus melanopterus", n'hésitent pas à s'approcher très près des hommes, se détournant au dernier moment, ou allant jusqu'à les heurter. Lagon de Fakarava, archipel des Tuamotu, Polynésie française. Les requins sont particulièrement vulnérables et en danger à l'échelle planétaire. Le travail des chercheurs consiste à comprendre les caractéristiques globales des populations chez certaines espèces, ainsi que les liens existant entre ces différentes…

Photo
20110001_1542
Certains requins à pointes noires, "Carcharhinus melanopterus", n'hésitent pas à s'approcher très pr
20210088_0008
Open media modal

Couple de manchots royaux, "Aptenodytes patagonicus", sur une plage de l’île Marion. Cette île de l'archipel sud-africain du Prince-Edouard est une réserve naturelle depuis 1995. Elle abrite une station de recherche et une station météorologique. Les scientifiques y étudient son écosystème fragile, longtemps menacé par l’activité humaine.

Photo
20210088_0008
Couple de manchots royaux, "Aptenodytes patagonicus", sur une plage de l'île Marion
20130001_0985
Open media modal

Flûteau nageant, "Luronium natans", dans le marais de Sougeal situé à l'ouest du Couesnon, en région Bretagne, dans la Zone atelier Armorique. Cette espèce est listée dans l'annexe 2 de la directive habitats (protection des habitats naturels). Sa population dans la réserve naturelle régionale du marais de Sougeal est l'une des plus conséquentes à l'échelle bretonne. Une des particularités de ce site est de présenter de telles populations au sein de fossés eutrophes gérés par le curage. La ZA…

Photo
20130001_0985
Flûteau nageant, "Luronium natans", dans le marais de Sougeal en région Bretagne
20210100_0001
Open media modal

Juvénile de langouste rouge, "Palinurus elephas", obtenu par la plateforme de recherches marines Stella Mare. C'est l'un des trois laboratoires au monde à maîtriser la reproduction de cet animal. Les scientifiques ont obtenu six juvéniles de langouste en 2021 (83 jours après l’éclosion des œufs) et ont pu observer un taux de survie de 50 % au dernier stade larvaire (43 jours après l’éclosion). Les populations de langouste rouge, que l'on rencontre principalement en mer Méditerranée et dans le…

Photo
20210100_0001
Juvénile de langouste rouge obtenu par la plateforme Stella Mare
20170027_0002
Open media modal

Adonis de printemps, "Adonis vernalis", espèce de la famille des "Ranunculaceae". Il s'agit d'une plante très toxique en raison de sa forte teneur en alcaloïdes. Son nom vient de la divinité éponyme, dotée d'une grande beauté. Elle est reconnaissable à ses nombreux sépales jaune vif et ses feuilles très découpées. Cette espèce à floraison printanière, dont la distribution est très localisée dans des zones de moyenne montagne, est menacée d'extinction en France.

Photo
20170027_0002
Adonis de printemps
20140001_2165
Open media modal

Grenouille, "Telmatobius Culeus", endémique du Lac Titicaca, en Bolivie. Cette grenouille est en danger critique d'extinction, d'après la Liste rouge de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Comme certains tritons, la respiration de cette grenouille se fait essentiellement par la peau. En effet, l'importante surface cutanée créée par les nombreux replis de sa peau est telle que cette grenouille n'a pas du tout besoin de ses poumons pour respirer. Berceau de la…

Photo
20140001_2165
Grenouille "Telmatobius Culeus" endémique du Lac Titicaca en Bolivie
20110001_1797
Open media modal

Un plongeur photographie ce requin citron, "Negaprion acutidens", entouré de balistes noirs. Moorea, Polynésie française. Les requins sont particulièrement vulnérables et en danger à l'échelle planétaire. Le travail des chercheurs consiste à comprendre les caractéristiques globales des populations chez certaines espèces, ainsi que les liens existant entre ces différentes populations. Les données de dynamique des populations obtenues, permettent par la suite d'optimiser les prises de décisions…

Photo
20110001_1797
Un plongeur photographie ce requin citron, "Negaprion acutidens", entouré de balistes noirs. Moorea,
20110001_1538
Open media modal

Un scientifique relâche un requin citron, "Negaprion acutidens", après l'avoir examiné, et avoir prélevé un petit morceau de peau pour des analyses génétiques. Atoll de Tetiaroa, archipel de la Société, Polynésie française. Les requins sont particulièrement vulnérables et en danger à l'échelle planétaire. Le travail des chercheurs consiste à comprendre les caractéristiques globales des populations chez certaines espèces, ainsi que les liens existant entre ces différentes populations. Cela…

Photo
20110001_1538
Un scientifique relâche un requin citron, "Negaprion acutidens", après l'avoir examiné, et avoir pré
20140001_0050
Open media modal

Plongeur et bénitier de la famille des "Tridacnidae", dans le lagon de Nouvelle-Calédonie, dans l'océan Pacifique. Dans cette zone, les bénitiers deviennent rares à cause des prélèvements importants dont ils sont les victimes. Cette photographie a été réalisée dans le cadre du projet de recherche IBANOE dont l'objectif est d'identifier de nouveaux indicateurs des apports anthropiques (nutriments, métaux lourds) et du fonctionnement trophique du lagon sud-ouest de Nouvelle-Calédonie. In fine, il…

Photo
20140001_0050
Plongeur et bénitier dans le lagon de Nouvelle-Calédonie
20110001_0852
Open media modal

Le chardon de Bérard "Berardia subacaulis" Vill., ou Bérardie à tige courte, une relique de la flore de l'ère tertiaire, ici dans les éboulis calcaires du col de l'Izoard dans les Hautes-Alpes. Cette espèce, limitée aux éboulis calcaires et schisteux, pousse actuellement entre 1 600 et 3 000 m d'altitude. Elle devrait voir son aire de répartition diminuer fortement en réponse aux changements climatiques.

Photo
20110001_0852
Le chardon de Bérard "Berardia subacaulis" Vill., ou Bérardie à tige courte, une relique de la flore
20100001_0471
Open media modal

La colonie d'étude des albatros à sourcils noirs, "Thalassarche melanophris", se situe dans un canyon abrupt à l'abri des vents violents des quarantièmes rugissants. Depuis plus de 40 ans, les équipes du CNRS de Chizé y étudient le fonctionnement de la population afin d'évaluer la susceptibilité d'extinction de cette espèce en danger face aux menaces croissantes dues aux changements globaux. Canyon des Sourcils Noirs, Kerguelen, TAAF (Terres australes et antarctiques françaises).

Photo
20100001_0471
La colonie d'étude des albatros à sourcils noirs, "Thalassarche melanophris", se situe dans un canyo
20100001_0457
Open media modal

Maki de Mayotte "Eulemur fulvus fulvus" selon la nomenclature actuelle ou "Eulemur fulvus mayottensis" d'après l'ancienne. Les lémuriens sont des primates strictement endémiques de l'île de Madagascar sauf deux espèces dont le lémur brun de Mayotte ou makis de Mayotte. Les "Eulemur fulvus" de Mayotte présentent une variabilité phénotypique (brun gris, roux au brun foncé) à la différence des "Eulemur fulvus" de Madagascar, tous bruns foncés. On recherche maintenant à connaître la parenté des…

Photo
20100001_0457
Maki de Mayotte "Eulemur fulvus fulvus" selon la nomenclature actuelle ou "Eulemur fulvus mayottens
20220143_0036
Open media modal

Groupe de pintades de Numidie, "Numida meleagris", dans le Delta de l'Okavango, au nord du Botswana. Le fleuve Okavango s’arrête au milieu du désert du Kalahari. Ce phénomène géologique rare est qualifié de "système endoréique", ce qui signifie que ses eaux ne gagnent pas la mer ou l’océan. À chaque hiver austral, l'eau de pluie tombée en Angola descend le fleuve et est piégée dans le cône alluvial. La crue progressive dure plusieurs mois et concentre durant cette période un écosystème d'une…

Photo
20220143_0036
Groupe de pintades de Numidie, "Numida meleagris", dans le Delta de l'Okavango, au Botswana
20110001_0984
Open media modal

Le dracocéphale d'Autriche, "Dracocephalum austriacum L.", est une espèce menacée d'extinction. Les menaces qui pèsent sur cette espèce sont la cueillette, le piétinement, la concurrence végétale et le pastoralisme. Seules une dizaine de populations subsistent en France. Des suivis démographiques ont été mis en place pour évaluer l'évolution de la taille de ces populations.

Photo
20110001_0984
Le dracocéphale d'Autriche, "Dracocephalum austriacum L."
20110001_0974
Open media modal

Le sabot de Vénus, "Cypripedium calceolus L.", dans les Alpes, est une orchidée emblématique, rare et menacée d'extinction. L'espèce est protégée au niveau national en France. Malgré une large distribution à travers l'Eurasie, les populations sont souvent petites, isolées et en déclin. Pour évaluer la régression des populations alpines et en identifier les causes, des recensements démographiques ont été mis en place en 2001 dans huit populations de différents massifs. Une des menaces qui pèsent…

Photo
20110001_0974
Le sabot de Vénus, "Cypripedium calceolus L.", dans les Alpes
20100001_0454
Open media modal

Propithèques à couronne dorée "Propithecus tattersalli", endémiques de la région de Daraina dans le nord-est de Madagascar. L'habitat forestier de cette espèce menacée de lémurien est très restreint et fortement fragmenté avec l'augmentation des cultures sur brûlis et de l'élevage intensif de zébus. Les possibilités de rencontre entre les groupes d'animaux diminuent ce qui entraîne un appauvrissement de leur diversité génétique. Or, plus la variabilité génétique est importante, plus la capacité…

Photo
20100001_0454
Propithèques à couronne dorée "Propithecus tattersalli", endémiques de la région de Daraina dans le
20100001_0386
Open media modal

Lémurien "Eulemur fulvus fulvus" de Madagascar, région de Mahajanga. Avec l'avancée de la déforestation et de l'agriculture, l'habitat des lémuriens est de plus en plus morcelé et restreint. Les processus de fragmentation de l'habitat ont pour conséquence une diminution de la diversité génétique et donc un risque accru d'extinction de l'espèce. En effet, plus la variabilité génétique est faible, plus la capacité d'adaptation face aux changements d'environnement est réduite.

Photo
20100001_0386
Lémurien "Eulemur fulvus fulvus" de Madagascar, région de Mahajanga. Avec l'avancée de la déforestat
20110001_0847
Open media modal

La Centaurée de la Clape, "Centaurea corymbosa", et un pollinisateur fréquent de l'espèce, l'ocellé rubané "Pyronia bathseba". Cette centaurée est une espèce endémique du Massif de la Clape, à proximité de Narbonne. Six populations sont connues dans une aire de répartition restreinte (3 km²). Son effectif est réduit, moins de 350 plantes en fleurs recensées lors des 3 dernières campagnes. C'est une espèce héliophile (qui recherche l'ensoleillement) fortement affectée par la fermeture du milieu …

Photo
20110001_0847
La Centaurée de la Clape, "Centaurea corymbosa", et un pollinisateur fréquent de l'espèce, l'ocellé
20100001_0222
Open media modal

Manchot du Cap "Spheniscus demersus" au lieu dit de Boulders Beach, False bay, Afrique du Sud. Ce manchot africain, une espèce endémique à l'Afrique australe se nourrissant exclusivement de poissons, est en voie d'extinction. Le déclin de cette population de manchots depuis plusieurs années, est dû à une pénurie de nourriture et à une compétition avec les pêcheries qui exploitent les derniers poissons disponibles. Des chercheurs ont montré que la fermeture à la pêche de zones dans l'océan est…

Photo
20100001_0222
Manchot du Cap "Spheniscus demersus" au lieu dit de Boulders Beach, False bay, Afrique du Sud. Ce ma
20110001_0982
Open media modal

Mesure du diamètre de la rosette d'une androsace septentrionale, "Androsace septentrionalis L.", une espèce annuelle discrète. Elle est menacée d'extinction à cause de la déprise agricole. Des suivis démographiques ont été mis en place pour évaluer l'évolution de la taille des populations en réponse à l'absence d'activités anthropiques ou à différents types de gestions agro-pastorales (fauche, pâturage ovin ou bovin).

Photo
20110001_0982
Mesure du diamètre de la rosette d'une androsace septentrionale, "Androsace septentrionalis L."
20120001_1734
Open media modal

Cyprès du Tassili ou cyprès de Duprez, "Cupressus dupreziana", seul conifère du Sahara central, présent uniquement dans le Tassili n'Ajjer, un massif montagneux situé au sud-est de l'Algérie, à l'est de Djanet. C'est une espèce en danger critique d'extinction selon l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Elle ne comporte que 233 individus au monde.

Photo
20120001_1734
Cyprès du Tassili ou cyprès de Duprez, "Cupressus dupreziana", seul conifère du Sahara central, prés
20110001_0849
Open media modal

Narcisses des Glénan, "Narcissus triandrus" subsp. "capax", espèce endémique de l'archipel des Glénan, un archipel breton situé à une quinzaine de kilomètres au large de la côte sud du Finistère. C'est une espèce totalement inféodée au milieu dunaire qui, sous l'influence des oiseaux marins, tend à s'eutrophiser, et connaît donc un développement de végétation nitro-halophile (qui aime les nitrates et le sel). De plus, la diversité génétique est faible (moins de 10 génotypes identifiés à partir…

Photo
20110001_0849
Narcisses des Glénan, "Narcissus triandrus" subsp. "capax", espèce endémique de l'archipel des Gléna
Panneau 1 exposition Océan
Open media modal
Encore très peu connus, les milieux marins sont menacés par les activités humaines. Alors que débute la Décennie des Nations Unies des sciences océaniques pour le développement durable (2021-2030), la communauté scientifique, les décideurs politiques, les entreprises, et la société civile doivent se mobiliser ensemble et dès maintenant pour protéger et conserver ces écosystèmes. Cette exposition a été réalisée dans ce cadre, à partir de résultats scientifiques.
Exposition
EXP092290
Milieux marins (sur)exploités, quelles solutions pour un futur durable ?
Intro
Open media modal
L’Amazonie est en grande partie recouverte d’une forêt, dont la surface est d’environ 6 millions de km². Installée depuis 50 millions d’années, elle a connu de grandes perturbations, mais jamais de remise à zéro, comme sous nos latitudes, suite aux glaciations. Tous groupes confondus, 200 000 espèces y ont été identifiées à ce jour, pour un total estimé de 1,8 million. Si l’on s’en tient aux arbres et à la Guyane française, 1 200 espèces sont connues, sur environ 2 000 probables.
Exposition
EXP090721
Forêt amazonienne
20120001_1040
Open media modal

Renoncules à feuilles d'ophioglosse, "Ranunculus ophioglossifolius", une espèce protégée, sur le site expérimental des Magnils-Reigniers, près de Luçon, en Vendée. Sur ce site, un dispositif expérimental est mis en place depuis 1996, sur des prairies communales humides du marais poitevin, issues d'endiguements anciens. Elles sont traditionnellement pâturées par des troupeaux collectifs associant vaches et chevaux. Dans le dispositif, les parcelles sont pâturées soit par des chevaux, soit par…

Photo
20120001_1040
Renoncules à feuilles d'ophioglosse, "Ranunculus ophioglossifolius", une espèce protégée, sur le sit

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.