Voir la série
Film réservé à la consultation
© CNRS Images - 2008

Biopuces

Numéro de notice

1966

Durée

00:12:00

Année de production

2008

Versions

Support Original

SD
4/3
Couleur
Sonore

Réalisateur(s)

COLOMBANI Hervé

Résumé

A l'interface entre électronique et biologie, une des applications importantes des nanotechnologies à la biologie et à la médecine est la mise au point de biopuces. Les premières biopuces furent les puces à ADN, mais aujourd'hui elles se sont diversifiées : puces à protéines, puces à cellules, véritables laboratoires sur puce?.
Xavier Gidrol (Laboratoire de Génomique fonctionnelle du Génopôle d'Evry) présente le principe des puces à ADN, qui permettent d'étudier l'ensemble des 25 000 gènes de l'homme sur une simple plaque de verre de quelques cm². L'expression d'un gène est repérée par un marqueur fluorescent qui s'allume ou s'éteint. L'application principale est la détection de l'ensemble des gènes impliqués dans une maladie, comme par exemple la polyarthrite rhumatoïde.
Au Laboratoire Biopuces du CEA à Grenoble, une équipe travaille sur les puces à cellule. François Chatelain explique leur intérêt : le chercheur accède aux phénomènes biologiques à l'échelle de la cellule individuelle, alors que le biologiste d'hier ne pouvait étudier que le comportement moyen d'une vaste population. Une des application est l'étude de la toxicité d'un produit, la puce à cellule se substituant à l'étude sur l'animal.
Les biopuces les plus sophistiquées sont les laboratoires sur puces qui intègrent toutes les phases d'une analyse médicale sur un microdispositif qui combinent des fonctions fluidiques, biologiques et électronique. Une nanogoutte de liquide, guidée par des champs électriques, suffit pour l'analyse.

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.