Retour au reportage Retour au reportage
20220126_0052

© Cyril FRESILLON / MSH – LSE / CNRS Images

Référence

20220126_0052

Préparation d’une captation sonore des gestes de maçonnerie, château de Guédelon, Yonne

Positionnement de micros hyper-cardioïdes (qui captent le son vers l’avant) munis de systèmes HF lors de la captation sonore de la construction d’un mur sur le chemin de ronde du château de Guédelon, dans l’Yonne. Les micros sont répartis pour capter la totalité des sons, et ainsi retrouver la densité et la spatialisation du paysage sonore. L’archéologie du paysage sonore étudie les ambiances sonores passées qu’elle restitue sous forme de modèles à écouter. Ils sont réalisés avec des sons encore présents aujourd’hui, comme à Guédelon, un chantier expérimental qui recrée ou retrouve les savoir-faire des bâtisseurs du XIIIe siècle. Les scientifiques y étudient les sons des gestes artisanaux et des transformations de la matière qui en résultent, pour comprendre leurs articulations. Ce travail participe à la conservation du patrimoine culturel immatériel en archivant des sons d’artisanats traditionnels. L’étude des sons de la matière peut aussi compléter une formation artisanale classique. Enfin, la sensorialité constitue un prisme original pour la recherche et la médiation sur le patrimoine. Dans le cadre du chantier scientifique de Notre-Dame de Paris, l’archéologie du paysage sonore reconstitue les ambiances de la première période de construction de la cathédrale, avant 1170, pour mieux comprendre son architecture et restaurer son acoustique d’origine.

Référent(s) scientifique(s)

Institut(s)

Délégation(s)

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.