Voir le reportage
Utilisation réservée à l’illustration des travaux de Laïla Nehmé
20190004_0076
© Hubert Raguet / Mission archéologique de Madâin Sâlih / CNRS Photothèque

Charlène Bouchaud tri des résidus obtenus par tamisage d’un prélèvement de sédiment collecté sur le site antique de Hégra

Référence

20190004_0076

Année de production

2018

Taille maximale

50.94 x 34 cm / 300 dpi

Légende

Charlène Bouchaud, chargée de recherches au CNRS, procède au tri des résidus obtenus par tamisage d’un prélèvement de sédiment collecté lors des fouilles archéologiques réalisées sur le site antique de Hégra, dans la région d’Al-Ula, au nord-ouest de l’Arabie saoudite. Les prélèvements réalisés par les archéologues et leur analyse permettent de restituer le paysage végétal du site dans l’Antiquité et donc une partie des habitudes alimentaires des Nabatéens et de leurs successeurs, les Romains. C’est ainsi qu’ont été repérées les multiples espèces faisant partie du système agricole oasien mis en place par les Nabatéens, fondé sur la culture du palmier-dattier, d’arbres fruitiers, de céréales et de légumineuses. Hégra, également appelé Madâ’in Sâlih (al-Hijr en arabe), cité nabatéenne la mieux conservée avec Pétra en Jordanie, est le premier site saoudien à avoir été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, en 2008. Depuis 2002, un programme franco-saoudien placé sous l’égide du ministère des Affaires étrangères et de la Saudi Commission for Tourism and National Heritage (remplacée à partir de 2021 par la Commission Royale pour AlUla), explore et fouille le site. (Légende L. Nehmé, CNRS).

Référent(s) Scientifique(s)

Institut(s)

Délégations(s)

Thématiques scientifiques

Issues du même reportage : Cité antique nabatéenne de Hégra en Arabie Saoudite

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.