Voir le reportage
20170070_0006
© Nicolas NAUDINOT/ Camille BOURDIER / CEPAM / TRACES / PLOS ONE / CNRS Photothèque

Plaquette n°317, représentant un auroch, provenant du site du rocher de l’Impératrice

Référence

20170070_0006

Année de production

2017

Taille maximale

28.58 x 21.95 cm / 300 dpi

Légende

Tête d’auroch sur l’une des deux faces gravées de la plaquette n°317, provenant du site du rocher de l’Impératrice, à Plougastel-Daoulas, dans le Finistère. Cet abri sous roche, dont les fouilles ont débuté en 2013, fut essentiellement occupé au début de l’Azilien, il y a environ 14 500 ans. Il était destiné à accueillir des chasseurs sur de courtes périodes dans la vallée aujourd’hui recouverte par la mer. Des outils en silex ont été retrouvés au sein de cet abri ainsi que des plaquettes de schiste gravées. Ces plaquettes, plus ancien témoignage artistique de Bretagne, supportent un registre géométrique (hachures, quadrillages, zig-zags) ainsi que des représentations naturalistes de chevaux et d’aurochs. Des traces de charbon de bois ont été identifiées sur plusieurs plaquettes et suggèrent que ces supports étaient peints. Les vestiges artistiques de cette période sont particulièrement rares et cette découverte fait le lien entre l’art figuratif de la culture magdalénienne qui précède (Lascaux, Niaux, Font-de-Gaume…) et le développement d’un art géométrique peint et gravé sur petits galets au cours de l’Azilien. (Naudinot N, Bourdier C, Laforge M, Paris C, Bellot-Gurlet L, Beyries S, et al. (2017) Divergence in the evolution of Paleolithic symbolic and technological systems: The shining bull and engraved tablets of Rocher de l'Impératrice. PLoS ONE 12(3): e0173037.)

Institut(s)

Délégations(s)

Thématiques scientifiques

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.