Voir le reportage
20170056_0013
© Claude DELHAYE / Pprime / CESCM / CNRS Photothèque

Microphone posé dans un pot acoustique scellé dans un mur de l’abbaye Notre Dame des Anges

Référence

20170056_0013

Année de production

2017

Taille maximale

36.31 x 24.11 cm / 300 dpi

Légende

Pose d'un microphone dans un pot acoustique scellé dans un des murs de l’abbaye Notre Dame des Anges, située sur les bords de l'Aber Wrac’h, dans le Finistère, afin d'en mesurer la fréquence de résonance. Ces pots emmurés, en hauteur, ont été découverts lors de la restauration de l'abbaye. Scellés entre les pierres, ils avaient été intégrés lors de sa construction en 1509. Ils étaient le plus souvent disposés par deux, trois, cinq ou sept, de manière à former des tierces, quartes, quintes ou octaves. Cette technique se retrouve dans beaucoup d'églises médiévales européennes, notamment françaises, ou encore au Moyen-Orient, et avait pour but de modifier l'acoustique et la perception du son dans les édifices. Des recherches ont été commencées pour déterminer l'usage exact de ces pots. Les rares écrits en parlant les décrivaient comme étant destinés à améliorer ou renforcer la voix, mais les recherches menées jusqu'ici montrent que la technique n'est pas efficace et que l'effet induit devrait être à l'inverse du but recherché, c'est-à-dire d'atténuer le son aux fréquences considérées. C'est peut-être la raison pour laquelle cette technique a été progressivement abandonnée au cours des siècles.

Institut(s)

Thématiques scientifiques

Issues du même reportage : "Pots acoustiques"

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.