Only available for non-commercial distribution
© CNRS - 2021

Médaille de l'innovation 2021 : Amanda Silva Brun, chercheuse en bioingénierie

Reference

7355

Duration

00:02:59

Production year

2021

Versions

Original material

HD
16/9
Color
Sound

Director(s)

Benjamin THELLIEZ

Summary

Double docteure, en pharmacie galénique et en biologie cellulaire, Amanda Silva Brun est chercheuse au laboratoire Matière et systèmes complexes. Son champ de recherche de prédilection est celui des vésicules extracellulaires (VEs). Ce sont de minuscules « particules cellulaires » naturellement produites par les cellules stromales – des cellules ayant des propriétés des cellules souches – possèdant des propriétés régénératives sans présenter les risques et inconvénients associés aux cellules. Elles peuvent également servir de « véhicule » pour acheminer des médicaments dans l'organisme.
Amanda Silva Brun développe donc des technologies de production pour les VEs ainsi que des applications pour la médecine régénérative et la délivrance de principes actifs, de la recherche fondamentale à la création d'entreprise.
Dès son post-doc, en 2010, puis à partir de 2013, comme chercheuse au CNRS, la pharmacienne de formation travaille sur le chargement des VEs comme vecteurs médicamenteux avec Claire Willem et Florence Gazeau. Mais très vite, elle entrevoit une limitation à leur essor : la difficulté de les produire en nombre. Pour y remédier, Amanda Silva Brun propose d'utiliser un bioréacteur dont elle détourne l'agitateur pour générer un flux turbulent afin de stimuler la libération des VEs. Résultat : un facteur 10 en productivité et un facteur 10 en temps gagné par rapport aux procédés existants.
En binôme avec son collègue clinicien Gabriel Rahmi, elle développe un système de délivrance à base d'hydrogel (un gel à base d'eau) pour acheminer et retenir les VEs pour le traitement des fistules digestives, soit des communications digestives anormales entre les organes de la digestion. Les tests sur le cochon, un modèle animal très proche de l'humain sont de 100 % de guérison, contre zéro dans le cas du groupe témoin. Forte de ces résultats, la chercheuse a cofondé deux start-up. Une première créée en 2019, EverZom, pour la production des vésicules. Et la deuxième en 2020, Evora Biosciences, autour du traitement des fistules qui cherche des investisseurs, avec en ligne de mire la préparation d'essais cliniques sur l'humain.

Author(s)

Personality(ies)

CNRS Institute(s)

Regional office(s)

CNRS Images,

Our work is guided by the way scientists question the world around them and we translate their research into images to help people to understand the world better and to awaken their curiosity and wonderment.