Only available for non-commercial distribution
© CNRS - 2019

Orphée Cugat, lauréat de la Médaille de l'innovation 2019

Numéro de notice

6776

Durée

00:02:46

Année de production

2019

Support Original

HD
16/9
Couleur
Sonore

Transcription


00:00:07
Là où on a innové avec mon équipe, c'est qu'on s'est placé dès le début historiquement il y a 25 ans, à la croisée entre les disciplines, alors principalement les micro-technologies, le magnétisme et plus généralement le génie électrique dans les microsystèmes.

00:00:27
La prouesse de la start-up MagIA c'est de pouvoir faire un diagnostic immunologique complet avec uniquement une petite goutte de sang en à peine 15 minutes avec un lecteur gros comme ça, et ça veut dire qu'on peut aller vers les patients qui en ont besoin, donc les gens qui généralement ne vont pas au laboratoire d'analyses : les toxicomanes, les prisonniers, les gens dans des pays en voie de développement, au milieu de la brousse...

00:00:50
Contrairement à ce qui se fait dans les gros automates de laboratoire, on utilise des nanoparticules, et non pas des microparticules, avec un micro aimant.
On est enfin capable de capturer les nanoparticules, et les nanoparticules vont capturer les anticorps ou les antigènes qui vont pouvoir nous dire s'il y a présence de la maladie.

00:01:13
Le déclic vers le transfert technologique s'est fait naturellement pour deux raisons : d'abord à Grenoble on a un écosystème qui est très axé high-tech et on a la chance d'avoir des bureaux de valorisation du CNRS ou des universités, très actifs, très moteurs, et ce soutien du CNRS et du laboratoire, a été crucial tout au long de la création avec un soutien humain, matériel, financier.

00:01:45
Tout ce parcours de valorisation, toute cette expérience, c'est une aventure très enrichissante et elle est pleine de bonnes surprises, de voir par exemple que 25 ans plus tard, nos premiers prototypes de miroirs déformables sont numéros 1 mondiaux avec Alpao, de découvrir que MagIA est sollicitée par des grands laboratoires pharmaceutiques.

00:02:11
Les innovations et les start-up qu'on a montées, elles sont dans des domaines très différents et ça vient en partie de ma curiosité naturelle depuis tout petit, même dans ma sphère privée, d'aller chercher ailleurs toujours des choses différentes et ces innovations, cette aventure, elle me donne une fierté de voir que ce que la France a investi en moi, ça se concrétise sur des applications qui sont utiles à la société, et ça, ça fait chaud au coeur.

Résumé

A l'occasion de la remise de la médaille de l'innovation 2019 du CNRS, retour sur le parcours d'Orphée Cugat, chercheur en génie électrique. Chercheur CNRS au Laboratoire de génie électrique de Grenoble, il explore le magnétisme dans les milli- et microsystèmes. Inventeur-né, Orphée Cugat a d'abord été formé comme ingénieur généraliste aux Arts et Métiers, il s'oriente finalement vers une thèse, puis effectue un post-doctorat en Irlande. À Grenoble, son groupe amorce le développement de moteurs et générateurs sub-miniatures, puis développe des dispositifs originaux en lévitation et désormais des applications destinées aux technologies médicales. Ces travaux ont entre autres abouti à la start-up Enerbee, où une bouche d'aération connectée récupère sans contact, grâce à la rotation d'une hélice, assez d'énergie pour alimenter des capteurs intégrés de qualité de l'air. Plus ambitieuse encore, la start-up MagIA offre des diagnostics en quinze minutes. L‘instrument se contente d'une goutte de sang pour détecter et quantifier simultanément les hépatites B et C ou encore le VIH.

Personnalité(s)

Institut(s)

Regional office(s)

CNRS Images,

Our work is guided by the way scientists question the world around them and we translate their research into images to help people to understand the world better and to awaken their curiosity and wonderment.