Uniquement disponible pour exploitation non commerciale
© CNRS - 2022

Jacques Marteau et Denis Spitzer, médailles de l'innovation 2022

Numéro de notice

7468

Durée

00:03:27

Année de production

2022

Versions

Support Original

HD
16/9
Couleur
Sonore

Réalisateur(s)

Fabien CARRÉ

Résumé

Portraits de Jacques Marteau et Denis Spitzer, lauréats de la médaille de l'innovation 2022 du CNRS.

Jacques Marteau, pionnier de l'imagerie par muons

« En tant que physicien des particules, être reconnu pour une application industrielle de mes recherches est inattendu ! », reconnaît Jacques Marteau de l'Institut de physique des deux infinis de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1). Pourtant, « grâce à une succession de belles rencontres et de hasards », le maître de conférences de l'Université Claude Bernard Lyon 1 a rapidement identifié le potentiel d'une technologie initialement développée pour la recherche fondamentale : le détecteur de muons. Particule élémentaire produite naturellement dans l'atmosphère, le muon traverse la matière sur de longues distances sans être absorbé. De quoi explorer en trois dimensions de grandes structures et répondre à des questions de volcanologie, géologie, voire climatologie. Après plusieurs brevets et contrats industriels, Jacques Marteau et son équipe créent en 2021 la startup Muodim qui vise un marché très large autour du contrôle non destructif appliqué par exemple à la sidérurgie, la prospection géophysique ou le génie civil.

Denis Spitzer, des procédés sans précédent pour des poudres ultrafines

Aujourd'hui, 90 % des médicaments, dont près de 40 % des médicaments anticancéreux, se dissolvent de manière non-satisfaisante, ce qui gêne leur absorption et impose des doses élevées. Face à ce défi, Denis Spitzer a inventé au laboratoire Nanomatériaux pour les systèmes sous sollicitations extrêmes (CNRS/Institut franco-allemand de recherches Saint Louis/Université de Strasbourg) deux procédés qui facilitent l'étude, la formulation et la production de particules d'une taille en-dessous du micron qu'aucun autre procédé n'atteint. Pour la première fois, ils permettent d'élaborer en continu et en quantités industrielles des composés pharmaceutiques, cosmétiques, agroalimentaires ou pour la transition énergétique (batteries, cellules solaires, etc.). Très polyvalents, ces procédés économiques, sûrs et à impact environnemental restreint font l'objet de 18 brevets, dont six internationaux, et de nombreux partenariats. « En maîtrisant la réaction à l'échelle locale, on crée des produits inédits dont les industriels sont très demandeurs », atteste le directeur de recherche à l'Institut franco-allemand de recherches Saint Louis. Suite à une prématuration au CNRS, Denis Spitzer valorise ses découvertes avec la société Spinofrin.

Institut(s)

Délégation(s)

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.