Patrick Dumas

Patrick DUMAS

Toulouse

Photographe généraliste spécialisé dans les reportages scientifiques, Patrick réalise des portraits, ambiances de travail, images graphiques et symboliques, pour mettre en valeur au mieux le travail de ces chercheurs, si compétents et attachants. Grâce à eux, il arpente des lieux formidables et passionnants.

20200012_0007
Open media modal

Expérience ALICE (A Large Ion Collider Experiment). Les deux grandes portes de l'aimant solénoïdal "L3" (en rouge) sont ouvertes afin de permettre les interventions de grande envergure et les améliorations prévues durant le second long arrêt technique du Grand collisionneur de hadrons (LHC). ALICE est un détecteur d’ions lourds installé sur l’anneau du LHC. Il étudie le plasma de quarks et de gluons, un état de la matière qui aurait existé juste après le Big Bang.

Photo
20200012_0007
Expérience ALICE
20200012_0013
Open media modal

Détecteurs de l'expérience CMS dans sa configuration ouverte, permettant un accès au cœur du détecteur lors de l'arrêt prolongé de l'accélérateur LHC. Le Solénoïde compact pour muons (CMS) est un détecteur polyvalent installé sur l’anneau du Grand collisionneur de hadrons (LHC). Il repose sur un aimant solénoïde géant pour incurver les trajectoires des particules produites lors des collisions dans le LHC. CMS identifie et mesure avec précision l'énergie et l'impulsion des particules accélérées…

Photo
20200012_0013
Détecteurs de l'expérience CMS dans sa configuration ouverte
20200012_0014
Open media modal

Maintenance en cours sur les détecteurs à muons de l'expérience CMS lors de l'arrêt prolongé de l'accélérateur LHC. Le Solénoïde compact pour muons (CMS) est un détecteur polyvalent installé sur l’anneau du Grand collisionneur de hadrons (LHC). Il repose sur un aimant solénoïde géant pour incurver les trajectoires des particules produites lors des collisions dans le LHC. CMS identifie et mesure avec précision l'énergie et l'impulsion des particules accélérées par le LHC. Il permet de détecter…

Photo
20200012_0014
Maintenance en cours sur les détecteurs à muons de l'expérience CMS
20200012_0005
Open media modal

Aimant dipolaire (en bleu à gauche) et différents plans de détection du spectromètre à muons de l'expérience ALICE (A Large Ion Collider Experiment). Le tube à faisceau du Grand collisionneur de hadrons (LHC) passe au milieu du cylindre visible au centre. ALICE est un détecteur d’ions lourds installé sur l’anneau du LHC. Il étudie le plasma de quarks et de gluons, un état de la matière qui aurait existé juste après le Big Bang.

Photo
20200012_0005
Aimant dipolaire et différents plans de détection du spectromètre à muons de l'expérience ALICE
20200012_0011
Open media modal

Expérience ATLAS : intervention sur le système de lecture du calorimètre hadronique à tuiles (partie tonneau, en bleu). Au premier plan, les tuyaux cryogéniques qui apportent l'argon liquide jusqu'au calorimètre électromagnétique. ATLAS est l’un des deux détecteurs polyvalents du Grand collisionneur de hadrons (LHC). Il étudie des domaines de physique très variés, de la recherche du boson de Higgs aux dimensions supplémentaires de l’espace-temps, en passant par les particules qui pourraient…

Photo
20200012_0011
Expérience ATLAS : intervention sur le système de lecture du calorimètre hadronique à tuiles
20200012_0012
Open media modal

Expérience ATLAS : chambres bouchons de détection des muons sur la gauche et bâti de transport du calorimètre bouchon (en orange). ATLAS est l’un des deux détecteurs polyvalents du Grand collisionneur de hadrons (LHC). Il étudie des domaines de physique très variés, de la recherche du boson de Higgs aux dimensions supplémentaires de l’espace-temps, en passant par les particules qui pourraient former la matière noire.

Photo
20200012_0012
ATLAS : chambres bouchons de détection des muons et bâti de transport du calorimètre bouchon
20200012_0003
Open media modal

Test final d'un boîtier électronique du détecteur à fibres scintillantes (SciFi) de l'expérience LHcb, sur son banc de mesures dédié après son assemblage et avant son installation sur le détecteur. Le LHCb est un détecteur du Grand collisionneur de hadrons (LHC), conçu pour étudier les légères asymétries entre matière et antimatière, à partir de particules connues sous le nom de quarks de beauté ou quark b.

Photo
20200012_0003
Test final d'un boîtier électronique du détecteur à fibres scintillantes de l'expérience LHcb
20200012_0008
Open media modal

Installation de cartes électroniques pour le système de lecture du calorimètre électromagnétique à argon liquide de l'expérience ATLAS et de son amélioration pour la prochaine campagne de prise de données. Une partie du cryostat bouchon du calorimètre est visible avec plusieurs paniers de cartes électroniques de son système de lecture. La post-doctorante porte un morceau de carte électronique fond de panier. ATLAS est l’un des deux détecteurs polyvalents du Grand collisionneur de hadrons (LHC)…

Photo
20200012_0008
Installation de cartes électroniques pour l'expérience ATLAS
20200012_0004
Open media modal

Mise en place d'un boîtier électronique sur la partie basse d'un module du détecteur à fibres scintillantes (SciFi) de l'expérience LHCb. Le détecteur comprend un total de 256 boîtiers. Le LHCb est un détecteur du Grand collisionneur de hadrons (LHC), conçu pour étudier les légères asymétries entre matière et antimatière, à partir de particules connues sous le nom de quarks de beauté ou quark b.

Photo
20200012_0004
Boîtier électronique mis en place sur un module du détecteur à fibres scintillantes du LHCb
20200012_0009
Open media modal

Chambres bouchons de détection des muons vues depuis l'arrière du système de calorimétrie de l'expérience ATLAS. ATLAS est l’un des deux détecteurs polyvalents du Grand collisionneur de hadrons (LHC). Il étudie des domaines de physique très variés, de la recherche du boson de Higgs aux dimensions supplémentaires de l’espace-temps, en passant par les particules qui pourraient former la matière noire.

Photo
20200012_0009
Chambres bouchons de détection des muons
20200012_0010
Open media modal

Paniers de cartes électroniques du système de lecture du calorimètre électromagnétique à argon liquide de l'expérience ATLAS. Les diodes témoins du bon fonctionnement des cartes sont au vert. ATLAS est l’un des deux détecteurs polyvalents du Grand collisionneur de hadrons (LHC). Il étudie des domaines de physique très variés, de la recherche du boson de Higgs aux dimensions supplémentaires de l’espace-temps, en passant par les particules qui pourraient former la matière noire.

Photo
20200012_0010
Paniers de cartes électroniques du système de lecture du calorimètre électromagnétique
20200012_0001
Open media modal

Travail sur un boîtier électronique du détecteur à fibres scintillantes (SciFi) de l'expérience LHCb, qui permet de lire 1024 voies. LHCb est un détecteur du Grand collisionneur de hadrons (LHC), conçu pour étudier les légères asymétries entre matière et antimatière, à partir de particules connues sous le nom de quarks de beauté ou quark b.

Photo
20200012_0001
Travail sur un boîtier électronique du détecteur à fibres scintillantes de l'expérience LHCb
20140001_2089
Open media modal

Irakli Mandjavidze, ingénieur électronique au CEA à Saclay (Irfu). Conception d'une carte électronique de sélection d'événements en temps réel et d'acquisition de données à haut débit. "Un repas entre collègues, après une journée harassante sur NA48, a permis d'imaginer "Niagara" : une solution élégante et très performante pour améliorer le débit de la collecte des données et des décisions du système de déclenchement. Nous avons gribouillé cette nouvelle version sur un bout de nappe pour la…

Photo
20140001_2089
Irakli Mandjavidze, ingénieur électronique au CEA à Saclay (Irfu)
20140001_2074
Open media modal

Patrick Nédélec, enseignant-chercheur à l'Université Claude Bernard Lyon 1 (IPNL), physicien des particules. Faisceau de protons de l'expérience Aegis. "Mon expérience cherche à comprendre l'effet de la gravité terrestre sur des atomes d'antihydrogène. La première étape consiste donc à les créer en quantité suffisante, grâce au Décélérateur d'antiprotons du Cern et à les piéger. Ensuite, nous les envoyons vers un filtre et nous n'avons plus qu'à les regarder 'tomber'. Une expérience de…

Photo
20140001_2074
Patrick Nédélec, enseignant-chercheur à Lyon 1 (IPNL), physicien des particules
20140001_2120
Open media modal

Fabienne Kunne, chercheuse au CEA à Saclay (Irfu), physicienne des particules. Quelques plans de détecteurs Micromegas. "J'ai toujours trouvé fantastique que l'on puisse décrire le monde, et le saisir dans des équations mathématiques ! Sur Compass c'est la structure des protons, avec ses quarks, ses gluons, qu'on capture ainsi. Sans le Cern, ses faisceaux de haute énergie, et les formidables innovations technologiques comme les détecteurs de traces Micromegas que l'on ne cesse d'améliorer,…

Photo
20140001_2120
Fabienne Kunne, chercheuse au CEA à Saclay (Irfu), physicienne des particules
20140001_2125
Open media modal

Pierre Delahaye, chercheur CNRS à Caen (Ganil), physicien nucléaire. Mesure du temps de vol et détection des noyaux exotiques dans le spectromètre de masse Isoltrap. "Mon travail consiste à exciter les noyaux pour connaître leur structure. L'expérience Isolde, véritable bijou de technologie, permet d'éprouver nos modèles théoriques, comme ceux décrivant la création de la matière au sein des étoiles. Notre collaboration, avec la fertilisation croisée des laboratoires et de la machine au Cern,…

Photo
20140001_2125
Pierre Delahaye, chercheur CNRS à Caen (Ganil), physicien nucléaire
20140001_2124
Open media modal

Robert Klapisch, Directeur de la Recherche au Cern de 1981 à 1987, chercheur CNRS à Orsay (CSNSM), physicien nucléaire. Le Synchrocyclotron, construit en 1957, est le premier accélérateur du Cern. "Mon premier contact avec le Cern date de 1957, le Synchrocyclotron venait de démarrer. Jusqu'en 1981, alors chercheur, j'ai vécu ce sentiment extraordinaire de la découverte : être un matin, avec vos coéquipiers, les premiers à connaître ce qui sera plus tard dans tous les manuels ! J'ai ensuite été…

Photo
20140001_2124
Robert Klapisch, Directeur de la Recherche au Cern de 1981 à 1987, chercheur CNRS à Orsay (CSNSM)
20140001_2094
Open media modal

Alberto Baldisseri, chercheur au CEA, à Saclay (Irfu), physicien des particules. Chambre à damiers du spectromètre à muons de l'expérience Alice. "À quoi sert la recherche fondamentale ? Souvent confronté à cette question iconoclaste, je réponds en invoquant la quête passionnée pour l'avancée des connaissances. Et quel endroit plus propice que le Cern, où règne un brassage permanent d'idées et où nos grandes expériences prennent naissance ? Faire de la recherche au Cern fait avancer les…

Photo
20140001_2094
Alberto Baldisseri, chercheur au CEA, à Saclay (Irfu), physicien des particules
20140001_2128
Open media modal

Sandrine Javello, secrétaire au CEA pour l'antenne de l'Irfu au Cern. Badges d'utilisateurs Cern. "Depuis 19 ans je suis le soutien logistique de mes chercheurs qui ont le nez dans le guidon, et que je soulage de ces petits tracas : commandes et mouvements des matériels pour les expériences, gestion des voitures disponibles pour les personnels en mission, relevé des dosimètres, rédaction des contrats... Les activités sont très variées et souvent inattendues à l'antenne Cern de mon laboratoire…

Photo
20140001_2128
Sandrine Javello, secrétaire au CEA pour l'antenne de l'Irfu au Cern
20140001_2116
Open media modal

Esther Ferrer Ribas, chercheuse au CEA à Saclay (Irfu), physicienne des particules. Hall de l'expérience Cast (Cern Axion Solar Telescope). "J'ai découvert le Cern pendant mon année Erasmus à Orsay. Après seulement trois jours de visite, je me suis dit : ici c'est génial, il faut que je revienne ! Et je suis revenue pour ma thèse¿ pour chercher le boson de Higgs. Je ne l'ai pas trouvé à l'époque mais je traque maintenant d'autres particules fantômes, les axions, qui pourraient expliquer le…

Photo
20140001_2116
Esther Ferrer Ribas, chercheuse au CEA à Saclay (Irfu), physicienne des particules
20140001_2099
Open media modal

Jérémy Neveu, doctorant (Université Pierre et Marie Curie) en physique des particules à Saclay (Irfu). Ondes superficielles sur l'eau, métaphore des branons. "Et s'il existait plus de trois dimensions d'espace ? Imaginons notre espace temps comme une feuille, une brane, plongée dans un univers avec plusieurs dimensions supplémentaires. Un frisson à sa surface formant une particule, le branon, serait l'expression de la matière noire. Au quotidien, je traque, grâce au détecteur CMS, les traces…

Photo
20140001_2099
Jérémy Neveu, doctorant en physique des particules à Saclay (Irfu)
20140001_2092
Open media modal

Maurice Frey, architecte et maquettiste à Strasbourg, concepteur de maquettes au 1/20e du détecteur CMS. Une des six maquettes au 1/20e du détecteur CMS réalisées par Maurice Frey. "Devant moi : un incroyable enchevêtrement de structures complexes et variées ! En descendant dans la caverne de CMS, j'ai compris quel défi ce serait d'en réaliser une maquette, de représenter fidèlement la fonction et en distinguer la signification. À l'instar des physiciens, je me suis refusé à penser que la…

Photo
20140001_2092
Maurice Frey, architecte et maquettiste à Strasbourg
20140001_2079
Open media modal

Bertram Blank, chercheur CNRS à Bordeaux (CENBG), physicien nucléaire. Détecteur de rayonnement gamma au germanium. "Pour mes travaux sur les noyaux exotiques, je parcours le monde des accélérateurs et chaque année je pose mes valises à Isolde. Parfois même je les oublie, tant mes pensées sont déjà tournées vers la qualité du faisceau de nucléides radioactifs, ou de l'alignement du détecteur au germanium dernier cri que je viens installer. Au centre de l'anneau du Cern bat un petit cœur :…

Photo
20140001_2079
Bertram Blank, chercheur CNRS à Bordeaux (CENBG), physicien nucléaire
20140001_2109
Open media modal

Morgan Piezel, professeur agrégé de physique-chimie à Troyes. Le Cosmodétecteur, un détecteur de muons cosmiques, est prêté à des enseignants du secondaire. "La coupe du monde de foot 2010 ? Je n'ai regardé aucun match de la phase de groupe ! Cette semaine-là, j'étais en formation au Cern et la découverte de ce monde de la physique avec ces expériences fantastiques a été un tel choc, que j'en ai oublié d'allumer ma télévision. Je suis devenu supporter passionné du Cern, et je suis maintenant…

Photo
20140001_2109
Morgan Piezel, professeur agrégé de physique-chimie à Troyes
20050001_1778
Open media modal

Expériences PIRENEA (Piège à Ions pour la Recherche et l'Etude de Nouvelles Espèces Astrochimiques) dédiées à l'étude des propriétés physico-chimiques de nano-objets d'intérêt astrophysique. De nombreux nano-objets sont présents dans la matière interstellaire, constitués de particules qu'il est essentiel de caractériser.

Photo
20050001_1778
Expériences PIRENEA (Piège à Ions pour la Recherche et l'Etude de Nouvelles Espèces Astrochimiques)
20140001_2081
Open media modal

Jean-Pierre Cachemiche, ingénieur électronicien au CNRS à Marseille (CPPM). Électronique de traitement du trigger à muons de l'expérience LHCb. "Mais comment cela pouvait-il marcher ? En voyant les cascades de câbles dégouliner du détecteur Delphi en démantèlement, j'ai compris la complexité de l'instrument, le professionnalisme et le talent des équipes du Cern à l'avoir fait fonctionner. Le Cern est une énorme conjonction de compétences dont l'excellence s'exprime, par exemple, dans l…

Photo
20140001_2081
Jean-Pierre Cachemiche, ingénieur électronicien au CNRS à Marseille (CPPM)
20140001_2121
Open media modal

Didier Laporte, ingénieur mécanicien CNRS à Paris (LPNHE). Outillage d'installation des lignes de refroidissement pour le détecteur IBL d'Atlas au LHC. "Cela fait 18 ans que je travaille sur le détecteur Atlas du Cern et je m'étonne encore qu'à coup de pièces de quelques grammes, on arrive à ces milliers de tonnes d'une mécanique fantastique. Aujourd'hui, avec l'arrivée des techniques d'impression 3D, l'ingénierie est sans limite¿ sauf peut-être financière ! Au Cern on côtoie sans arrêt l…

Photo
20140001_2121
Didier Laporte, ingénieur mécanicien CNRS à Paris (LPNHE)
20140001_2085
Open media modal

Cynthia Hadjidakis, chercheuse au CNRS à Orsay (IPNO), physicienne des particules. Plan du spectromètre à muons d'Alice au LHC. "Nos détecteurs, des "chambres à muons", traquent la signature de la présence de J/psi, formés de quarks charmés, présents au sein de la matière déconfinée. Ces événements sont très difficiles à observer et exigent excellence et rigueur, tant au Cern qu'à mon laboratoire d'Orsay, où l'on a développé une partie de l'électronique sophistiquée du détecteur."

Photo
20140001_2085
Cynthia Hadjidakis, chercheuse au CNRS à Orsay (IPNO), physicienne des particules
20140001_2071
Open media modal

Sabine Kraml, chercheuse CNRS à Grenoble (LPSC), théoricienne, physicienne des particules. Vue sur le Mont-Blanc depuis la cafétéria du Cern. "En physique comme en haute montagne, j'aime les défis et les ascensions difficiles. Quand j'y parviens et que l'horizon se dégage, vient alors le temps de repousser de nouvelles limites et de se poser de nouvelles questions, et cela me passionne. Mon Everest : comprendre la physique au-delà du modèle standard des particules."

Photo
20140001_2071
Sabine Kraml, chercheuse CNRS à Grenoble (LPSC), théoricienne, physicienne des particules
20140001_2095
Open media modal

Frank Gunsing, chercheur au CEA, à Saclay (Irfu), physicien nucléaire. Construction du bâtiment de la nouvelle ligne de temps de vol Ear2 du dispositif n_Tof. "Le " budget protons" au Cern est à partager entre toutes les expériences. Nos faisceaux sont précieux ! Dans n_Tof nous reproduisons les réactions nucléaires qui ont lieu au cœur des étoiles. Transmutations au cœur des atomes, travail en commun et échanges de compétences de pointe, au Cern règne une belle alchimie."

Photo
20140001_2095
Frank Gunsing, chercheur au CEA, à Saclay (Irfu), physicien nucléaire
20140001_2069
Open media modal

Isabelle Wingerter Seez, chercheuse CNRS à Annecy (Lapp), physicienne des particules. Calorimètre électromagnétique du détecteur Atlas du LHC. "Ce qui est unique au Cern, c'est la capacité qu'a chacun à se mettre au service d'un but commun, à apporter sa pièce à une gigantesque entreprise. Notre travail est avant tout collectif et chaque bonne idée, d'où qu'elle vienne, est a priori acceptable si elle est bien défendue. Le Cern est un endroit exceptionnel pour faire de la recherche."

Photo
20140001_2069
Isabelle Wingerter Seez, chercheuse CNRS à Annecy (Lapp), physicienne des particules

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.