Voir le reportage
20210120_0012
© Cyril FRESILLON / LadHyX / CNRS Photothèque

Filtre dans un dispositif permettant de mesurer sa capacité d’absorption

Référence

20210120_0012

Année de production

2021

Taille maximale

27.77 x 41.72 cm / 300 dpi

Légende

Filtre à la sortie d’une soufflerie environnementale produisant un brouillard contrôlé constitué de très petites gouttelettes (4 microns), développée par le LadHyX. L’objectif est de mesurer sa capacité d’absorption. Dans les filtres constitués de fibres entrecroisées, comme les textiles ou les intissés, les gouttelettes capturées s’accumulent progressivement au niveau des jointures entre les fibres jusqu’à former un film liquide obstruant. C’est l’une des raisons pour lesquelles les masques de protection respiratoire doivent être changés régulièrement. Une équipe du LadHyX spécialisée dans les interactions entre les textiles et les liquides étudie le fonctionnement des masques utilisés durant l’épidémie de covid-19. Lorsque nous respirons, nous émettons un flux d’air constitué de microgouttelettes qui, dans le cas d’un individu malade, peuvent être chargées de virus. Porter un masque limite la propagation de cet aérosol mais le degré de filtration dépend de la fibre et du tressage utilisés, et de la vitesse de projection des gouttelettes (par la respiration, la toux ou l’éternuement). Cette étude permettra d'améliorer notre compréhension des propriétés de filtration des textiles, de la réaction des fibres face à un aérosol ou du déplacement des gouttelettes au sein d’un mouvement turbulent. Si l’efficacité du masque a été démontrée, l'objectif est d’optimiser son utilisation ou d’imaginer des masques mieux adaptés à la morphologie de chacun et aux différentes activités quotidiennes.

Institut(s)

Thématiques scientifiques

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.