Voir le reportage
20110001_2308
© Benoît RAJAU/CNRS Images

Injection, dans la partie postérieure terminale d'embryons de drosophiles, d'une solution d'ADN cont

Référence

20110001_2308

Année de production

2011

Taille maximale

23.98 x 36.03 cm / 300 dpi

Légende

Injection, dans la partie postérieure terminale d'embryons de drosophiles, d'une solution d'ADN contenant un plasmide portant la construction d'intérêt enserrée dans deux pieds d'un transposon P. Un plasmide auxilliaire, qu'on appelle un plasmide "helper", va permettre de synthétiser une transposase. Celle-ci va reconnaître les pieds du transposon, découper ce petit morceau d'ADN du plasmide et ensuite l'aider à s'intégrer sur le chromosome génomique. C'est comme cela que sont générées des mouches transformées qui permettent, par exemple, d'exprimer la GFP sous le contrôle de promoteurs de gènes de réponses aux infections bactériennes ou fongiques, voire virales.

Institut(s)

Délégation(s)

Thématiques scientifiques

Issues du même reportage : Jules Hoffmann, médaille d'or du CNRS en 2011

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.