20110001_1111
© CRCC/CNRS Photothèque

Manuscrit endommagé. Une encre ferrogallique, largement répandue pour l'écriture depuis le Moyen-Age

Référence

20110001_1111

Taille maximale

23.16 x 30.89 cm / 300 dpi

Légende

Manuscrit endommagé. Une encre ferrogallique, largement répandue pour l'écriture depuis le Moyen-Age jusqu'au début du XXe siècle, a été utilisée pour ce manuscrit. Cette encre provoque une altération importante du papier qui devient brun et cassant, jusqu'à parfois tomber en poussière. La dégradation du papier résulte de deux phénomènes : l'hydrolyse acide et l'oxydation de la cellulose. Des chercheurs ont montré que l'oxydation de la cellulose est le processus dominant de cette dégradation. L'oxydation est directement liée à la présence de fer dans le papier. Ces résultats montrent l'intérêt d'étudier des méthodes "anti-oxydantes" pour le traitement des manuscrits les plus endommagés.

Institut(s)

Délégation(s)

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.