Vignette du système robotique PUMAH pour présenter le laboratoire IRISA

Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (IRISA)

RENNES CEDEX

L’IRISA mène des recherches dans le domaine de l'informatique et des nouvelles technologies de l'information. Il constitue un pôle de recherche d'excellence avec des priorités scientifiques telles que la bio-informatique, la sécurité des systèmes, les nouvelles architectures logicielles, la réalité virtuelle, l’analyse des masses de données et l’intelligence artificielle.

20230095_0008
Open media modal

Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, discute des modèles et abstractions à concevoir afin de raisonner sur les logiciels étudiés. Les recherches de cette spécialiste de sciences du logiciel visent au développement de logiciels sûrs. Sa contribution se concentre sur les compilateurs, des outils informatiques qui permettent à un programme écrit de devenir exécutable. Traditionnellement, ils ne sont pas vérifiés avec des garanties mathématiques, et peuvent donc compiler…

Photo
20230095_0008
Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023, en discussion avec des membres de son équipe
20230095_0004
Open media modal

Preuve mathématique vérifiée par ordinateur. La démonstration est menée au moyen de commandes écrites par l’utilisateur indiquant comment progresser, en interaction avec un assistant de preuve (à l'écran). Ce logiciel automatise une partie du raisonnement, s’assurant de la validité de la démonstration. Les recherches de Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, visent au développement de logiciels sûrs et se concentrent sur les compilateurs, des outils informatiques qui…

Photo
20230095_0004
Vérification d'une preuve mathématique par ordinateur par Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023
20230095_0001
Open media modal

Avant d'entamer une preuve mathématique (une démonstration) vérifiée par ordinateur, Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, réfléchit aux grandes lignes de la démonstration et aux principes de raisonnement à appliquer. Les recherches de cette spécialiste de sciences du logiciel visent au développement de logiciels sûrs. Sa contribution se concentre sur les compilateurs, des outils informatiques qui permettent à un programme écrit de devenir exécutable. Traditionnellement…

Photo
20230095_0001
Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023, prépare une preuve mathématique vérifiée par ordinateur
20230095_0005
Open media modal

Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, explique le domaine de la vérification déductive de logiciels, qui permet d'avoir des garanties très fortes sur l’absence d'erreur dans un logiciel. Plusieurs techniques de preuve, plus ou moins automatisées par des logiciels d’aide à la preuve, sont disponibles. Les recherches de Sandrine Blazy visent au développement de logiciels sûrs et se concentrent sur les compilateurs, des outils informatiques qui permettent à un programme…

Photo
20230095_0005
Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023, en discussion avec des membres de son équipe
20230095_0006
Open media modal

Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, explique le domaine de la vérification déductive de logiciels, qui permet d'avoir des garanties très fortes sur l’absence d'erreur dans un logiciel. Plusieurs techniques de preuve, plus ou moins automatisées par des logiciels d’aide à la preuve, sont disponibles. Les recherches de Sandrine Blazy visent au développement de logiciels sûrs et se concentrent sur les compilateurs, des outils informatiques qui permettent à un programme…

Photo
20230095_0006
Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023, en discussion avec des membres de son équipe
20230095_0007
Open media modal

Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, discute des modèles et abstractions à concevoir afin de raisonner sur les logiciels étudiés. Les recherches de cette spécialiste de sciences du logiciel visent au développement de logiciels sûrs. Sa contribution se concentre sur les compilateurs, des outils informatiques qui permettent à un programme écrit de devenir exécutable. Traditionnellement, ils ne sont pas vérifiés avec des garanties mathématiques, et peuvent donc compiler…

Photo
20230095_0007
Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023, en discussion avec des membres de son équipe
20230095_0003
Open media modal

Preuve mathématique vérifiée par ordinateur. La démonstration est menée au moyen de commandes écrites par l’utilisateur indiquant comment progresser, en interaction avec un assistant de preuve (à l'écran). Ce logiciel automatise une partie du raisonnement, s’assurant de la validité de la démonstration. Les recherches de Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023, visent au développement de logiciels sûrs et se concentrent sur les compilateurs, des outils informatiques qui…

Photo
20230095_0003
Vérification d'une preuve mathématique par ordinateur par Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023
20230095_0002
Open media modal

Sandrine Blazy, lauréate de la médaille d'argent du CNRS 2023. Les recherches de cette spécialiste de sciences du logiciel visent au développement de logiciels sûrs. Sa contribution se concentre sur les compilateurs, des outils informatiques qui permettent à un programme écrit de devenir exécutable. Traditionnellement, ils ne sont pas vérifiés avec des garanties mathématiques, et peuvent donc compiler un programme sûr en un programme exécutable contenant des bugs. Sandrine Blazy s’appuie sur la…

Photo
20230095_0002
Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait de Sandrine Blazy, médaille d'argent du CNRS 2023, professeure à l'université de Rennes, membre de l'Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires, spécialiste de sciences du logiciel. Les recherches de Sandrine Blazy visent au développement de logiciels sûrs. Sa contribution se concentre sur les outils informatiques qui permettent à un programme écrit de devenir exécutable : les compilateurs. Traditionnellement, ces outils indispensables ne sont…

Vidéo
7800
Médaille d'Argent 2023 : Sandrine Blazy, enseignante chercheuse en sciences du logiciel
20220139_0008
Open media modal

Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022, manipule une interface haptique portable développée par l'Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (IRISA). Les technologies haptiques portables de ce type sont des outils prometteurs de l’interaction humain-machine. Ils permettent de développer le travail collaboratif entre humains et robots, grâce à une communication efficace basée sur le sens du toucher plutôt que sur la parole. Ainsi, grâce au bracelet…

Photo
20220139_0008
Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022, manipule une interface haptique
20220139_0003
Open media modal

Permettre d'interagir physiquement avec un objet virtuel ou distant, tel est l’enjeu des travaux de Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022. Il s’intéresse à l'utilisation de l’haptique, science qui explore et exploite le toucher, pour l'interaction avec les systèmes robotiques et de réalité virtuelle. Après un doctorat en ingénierie à l’université de Sienne (Italie) en 2014, il rejoint le CNRS en 2016, comme chargé de recherche à l’Institut de recherche en…

Photo
20220139_0003
Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022
20220139_0009
Open media modal

Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022, manipule une interface haptique portable développée par l'Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (IRISA). Les technologies haptiques portables de ce type sont des outils prometteurs de l’interaction humain-machine. Ils permettent de développer le travail collaboratif entre humains et robots, grâce à une communication efficace basée sur le sens du toucher plutôt que sur la parole. Ainsi, grâce au bracelet…

Photo
20220139_0009
Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022, manipule une interface haptique
20220139_0004
Open media modal

Claudio Pacchierotti (à gauche), lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022, développe des interfaces haptiques de petite taille et légères, conçues pour être portées sur le corps. Permettre d'interagir physiquement avec un objet virtuel ou distant en reproduisant les sensations du toucher, tel est l’enjeu de ses travaux. Il s’intéresse à l'utilisation de l’haptique, science qui explore et exploite le toucher, pour l'interaction avec les systèmes robotiques et de réalité virtuelle. Après un…

Photo
20220139_0004
Claudio Pacchierotti (à gauche), lauréat de la médaille de bronze du CNRS
20220139_0005
Open media modal

Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022, teste un système robotique pour les interfaces haptiques sans contact, développé par l’Irisa. L’interface qui est montée sur ce système recrée la sensation de toucher à distance, grâce à un réseau de haut-parleurs à ultrasons qui font vibrer la peau de son utilisateur. Le système Pan-Tilt PUMAH est capable de déplacer et d’orienter cette tablette, pour suivre la main d'un scientifique en train d'interagir avec un modèle…

Photo
20220139_0005
Test d'un système robotique par Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022
20220139_0001
Open media modal

Permettre d'interagir physiquement avec un objet virtuel ou distant, tel est l’enjeu des travaux de Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022. Il s’intéresse à l'utilisation de l’haptique, science qui explore et exploite le toucher, pour l'interaction avec les systèmes robotiques et de réalité virtuelle. Après un doctorat en ingénierie à l’université de Sienne (Italie) en 2014, il rejoint le CNRS en 2016, comme chargé de recherche à l’Institut de recherche en…

Photo
20220139_0001
Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022
20220139_0006
Open media modal

Système robotique PUMAH (Pan-tilt Ultrasound Mid-Air Haptics) pour les interfaces haptiques sans contact, développé par l’Irisa. L’interface qui est montée sur ce système recrée la sensation de toucher à distance, grâce à un réseau de haut-parleurs à ultrasons qui font vibrer la peau de son utilisateur. Le système Pan-Tilt PUMAH est capable de déplacer et d’orienter cette tablette, pour suivre la main d'un scientifique en train d'interagir avec un modèle virtuel. Lorsque la main de l'avatar…

Photo
20220139_0006
Système robotique PUMAH pour le positionnement optimal des interfaces haptiques sans contact
20220139_0002
Open media modal

Permettre d'interagir physiquement avec un objet virtuel ou distant, tel est l’enjeu des travaux de Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022. Il s’intéresse à l'utilisation de l’haptique, science qui explore et exploite le toucher, pour l'interaction avec les systèmes robotiques et de réalité virtuelle. Après un doctorat en ingénierie à l’université de Sienne (Italie) en 2014, il rejoint le CNRS en 2016, comme chargé de recherche à l’IRISA - Institut de recherche en…

Photo
20220139_0002
Claudio Pacchierotti, lauréat de la médaille de bronze du CNRS 2022
20230058_0018
Open media modal

MANDJET, la plateforme de démonstration et d'expérimentation de gestion de l’énergie par les réseaux électriques intelligents (dits smart grid), développée sur le site de Rennes. Elle est constituée de panneaux solaires, d'un régulateur de charge de batteries hébergé dans un abri bois dans lequel sont garés un scooter, un vélo et une trottinette électriques. L’installation autonome de production d’électricité à partir de panneaux solaires photovoltaïques permet de générer de l’électricité grâce…

Photo
20230058_0018
MANDJET, plateforme de démonstration et d'expérimentation de gestion de l’énergie par les réseaux électriques…
20230058_0042
Open media modal

Les sciences du logiciel pour maîtriser la complexité du logiciel tout au long de son cycle de vie, de sa conception à son implémentation, construction, validation et vérification, déploiement et maintenance. L’équipe DiverSE développe des outils et méthodes pour maîtriser les langages, les architectures, la variabilité, la co-évolution, le test et le déploiement de systèmes logiciels complexes.

Photo
20230058_0042
Maîtriser la complexité du logiciel
20230058_0009
Open media modal

Visualisation de résultats d'assemblages de génomes. À partir de l'ADN prélevé de cellules d'organismes vivants, les séquenceurs sont capables de "lire" le contenu de l'ADN et de le retranscrire sous forme de fichiers textuels. Cependant les séquenceurs ne sont capables de lire que des fragments d'ADN de petite taille : quelques centaines ou milliers de caractères alors que les génomes contiennent jusqu'à plusieurs milliards de caractères. Heureusement ces "lectures" se chevauchent, et, à la…

Photo
20230058_0009
Visualisation des données de séquençage génomique
20230058_0054
Open media modal

La prise en compte de connaissances symboliques permet d’affiner la comparaison de voies métaboliques entre plusieurs espèces en quantifiant la similarité et la particularité. Les applications ont concerné le métabolisme des lipides dans un contexte d’élevage en collaboration avec l’INRAe, et l’étude des stéatoses hépatiques avec l’Inserm.

Photo
20230058_0054
Étude comparative des réactions chimiques du métabolisme des lipides chez deux espèces
20230058_0023
Open media modal

Les systèmes industriels sont devenus une cible de choix pour les attaquants depuis plus d'une dizaine d'années. L'interconnexion des sites industriels, via Internet et le développement d'automates connectés, a pour conséquence une augmentation de la surface d'attaque de ces systèmes. La plateforme IIOT4.0 développée sur le site de Rennes permet aux chercheurs de reproduire l'architecture réseau qui est typiquement utilisée dans un contexte industriel. Un modèle réduit de chaîne de production…

Photo
20230058_0023
Plateforme de recherche sur la sécurité des systèmes industriels connectés
20230058_0045
Open media modal

Des espèces non modèles, comme les algues brunes, sont étudiées pour assembler leur génome et reconstruire leur réseau métabolique lacunaire. La meilleure combinaison de réactions chimiques d’autres espèces est recherchée pour venir compléter leur réseau métabolique. En effet, l’algue ne peut pas survivre seule et a besoin des bactéries de son microbiote. Projet Idealg en collaboration avec la station biologique de Roscoff.

Photo
20230058_0045
Une algue brune et son réseau métabolique
20230058_0014
Open media modal

Incorporation d'ADN sur une "flowcell" d'un séquenceur MinION. Après un pré-traitement bio-chimique, l'ADN a été extrait des séquences de l'organisme dont il est issu, dupliqué et découpé en fragments. Il est ensuite déposé sur une plaque d'un séquenceur MinION. Cette plaque dispose de "nanopores" (trou d'environ 2 nanomètres de diamètre) dans lesquels passent les fragments d'ADN. Lorsque l'ADN passe à travers le pore, les bases d'ADN sont détectées par un courant électrique qui est ensuite…

Photo
20230058_0014
Séquençage d’ADN par la technologie Nanopore (appareil MinION)
20230058_0038
Open media modal

Les protocoles cryptographiques sont des protocoles de sécurité reposant sur des mécanismes de cryptographie (par exemple chiffrement, signature électronique, fonction de hachage…) pour assurer la sécurité et la protection de la vie privée dans des applications telles que les cartes à puces, téléphone, tag RFID (sans-contact), passeport électronique, vote électronique et objets connectés plus généralement. Dans ce contexte la sécurité est la confidentialité des échanges et la préservation de…

Photo
20230058_0038
Analyse de protocoles cryptographiques afin d’assurer leur sécurité et la protection de la vie privée
20230058_0019
Open media modal

Un mur végétal a été fabriqué, en projet avec le collège du Querpon à Val d’Anast, suivant la méthodologie des Fablabs. Il peut être reproduit par chacun grâce à une documentation libre, accessible en ligne. Hormis le côté opérationnel (arrosage automatique), il fait office de plateforme de tests pour la massification de l’Internet des objets : déploiement de capteurs, autoconfiguration et autopositionnement en combinant les données des capteurs environnants.

Photo
20230058_0019
Mur végétal connecté : embellir l’espace intérieur tout en testant les boucles de contrôle
20230058_0043
Open media modal

Les sciences du logiciel pour maîtriser la complexité du logiciel tout au long de son cycle de vie, de sa conception à son implémentation, construction, validation et vérification, déploiement et maintenance. L’équipe DiverSE développe des outils et méthodes pour maîtriser les langages, les architectures, la variabilité, la co-évolution, le test et le déploiement de systèmes logiciels complexes.

Photo
20230058_0043
Maîtriser la complexité du logiciel
20230058_0010
Open media modal

Visualisation de résultats d'assemblages de génomes. À partir de l'ADN prélevé de cellules d'organismes vivants, les séquenceurs sont capables de "lire" le contenu de l'ADN et de le retranscrire sous forme de fichiers textuels. Cependant les séquenceurs ne sont capables de lire que des fragments d'ADN de petite taille : quelques centaines ou milliers de caractères alors que les génomes contiennent jusqu'à plusieurs milliards de caractères. Heureusement ces "lectures" se chevauchent, et, à la…

Photo
20230058_0010
Visualisation des données de séquençage génomique
20230058_0001
Open media modal

L’IRM de diffusion est une modalité d’IRM qui permet d’estimer la direction de diffusion des molécules d’eau, ce qui donne une indication sur la direction principale des fibres nerveuses. L’équipe Empenn développe des algorithmes de tractographie permettant de reconstruire ces fibres nerveuses. Cela peut servir à étudier la connectivité cérébrale et rechercher d’éventuels biomarqueurs d’imagerie spécifiques d’une pathologie cérébrale.

Photo
20230058_0001
Fibres nerveuses du cerveau estimées par tractographie
20230058_0024
Open media modal

Les systèmes industriels sont devenus une cible de choix pour les attaquants depuis plus d'une dizaine d'années. L'interconnexion des sites industriels, via Internet et le développement d'automates connectés, a pour conséquence une augmentation de la surface d'attaque de ces systèmes. La plateforme IIOT4.0 développée sur le site de Rennes permet aux chercheurs de reproduire l'architecture réseau qui est typiquement utilisée dans un contexte industriel. Un modèle réduit de chaîne de production…

Photo
20230058_0024
Plateforme de recherche sur la sécurité des systèmes industriels connectés

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.