Actualité scientifique

L’Antarctique, laboratoire de notre avenir

À l’occasion de l’Exposition universelle de Dubaï, qui s’ouvrira
le 1er octobre 2021, le CNRS propose aux visiteurs du pavillon français une immersion scientifique au cœur de l’Antarctique. Un continent de glace précieux pour comprendre et mesurer le changement climatique.
Installation de capteurs sur un mât au cours du raid ASUMA
Installation de capteurs sur un mât météorologique au cours du raid ASUMA
© Bruno JOURDAIN/IGE/CNRS Photothèque
Voir le média

Il y a 60 ans, le 23 juin 1961, entrait en vigueur le traité sur l’Antarctique, signé par les principales puissances occidentales et l’URSS, et ratifié, depuis, par de nombreux autres pays. Son objectif était aussi simple que louable : garantir, dans l’intérêt de l’humanité, que l’Antarctique soit tenu à l’écart des conflits opposants les nations pour demeurer un espace non militarisé, dédié à la science et à la coopération internationale. Il interdit notamment d’y pratiquer des essais nucléaires, ou encore d’y enfouir des déchets radioactifs. Et de fait, aujourd’hui plus que jamais, l’Antarctique est un véritable laboratoire à ciel ouvert, symptôme et miroir des bouleversements que connaît notre planète. Particulièrement affecté par le changement climatique, qui fait fondre les glaces et reculer la biodiversité aquatique et terrestre, il constitue un espace privilégié pour en étudier les causes et les effets.

C’est pour cela que le CNRS y est présent par l’intermédiaire de deux stations dédiées à la recherche : la station Dumont-d’Urville et sa base annexe Cap Prud’homme, qui sont situées sur la côte, et la station Concordia, en plein cœur du continent. Ces stations permettent aux scientifiques de mener des projets de recherche très divers tout au long de l’année : l’histoire et l’évolution du climat, la glaciologie, la physique des courants océaniques planétaires, l'astronomie et l’astrophysique, la biogéochimie, et bien sûr l’environnement et l’écologie... C’est donc logiquement que le CNRS, à l’occasion de l’Exposition universelle de Dubaï qui ouvrira ses portes le 1er octobre 2021, a décidé de proposer aux visiteurs du pavillon France une immersion scientifique au cœur de l’Antarctique. Ceux-ci pourront y découvrir les recherches de pointe menées en Antarctique et leurs enjeux, à travers une expérience totalement immersive.

Conférence de presse

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.