Retour au reportage Retour au reportage
20180069_0036

© Cyril FRESILLON / SYRTE / FIRST-TF / CNRS Images

Référence

20180069_0036

Eléments du banc optique d’une horloge à réseau optique à atomes de mercure

Éléments du banc optique d’une horloge à réseau optique à atomes de mercure. La lumière laser rouge, de longueur d'ondes 725 nm, est issue d'un laser titane-saphir (à gauche). Elle est mise en forme et guidée vers un système de doublage qui génère un laser de longueur d’onde 362 nm, pour former un réseau optique qui piège les atomes pendant l'interrogation. Ces atomes ont tout d’abord été piégés dans un piège magnétique d’une enceinte à ultravide, puis transférés dans le réseau optique dipolaire, autre type de piège obtenu à l’aide de l’onde laser créée ici. Les atomes sont enfin interrogés à l’aide d’un laser ultrastable à 265,6 nm, longueur d’onde de la transition "horloge" du mercure, très insensible à son environnement (notamment la température et les champs électriques). Cet atome permet donc de réaliser une horloge très reproductible voire très exacte.

Programme(s)

Institut(s)

Délégation(s)

Thématiques scientifiques

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.