20160023_0001
© Mathieu BOURDENX/IMN/CNRS Photothèque

Neuroblastomes dopaminergiques humains après incubation avec des nanoparticules acidifiantes

Référence

20160023_0001

Année de production

2016

Taille maximale

48.23 x 31.75 cm / 300 dpi

Légende

Reconstruction tridimensionnelle de cellules (neuroblastomes) dopaminergiques humaines dont on visualise les lysosomes (en vert) et le noyau (en bleu), après incubation avec des nanoparticules acidifiantes de PLGA (en rouge). Les lysosomes sont responsables de la dégradation de molécules et micro-organismes indésirables dans le cytoplasme des cellules. Lorsque leur fonction est altérée, les déchets s'accumulent dans les neurones, entraînant des dysfonctions cellulaires et la mort de la cellule. Ce phénomène contribuerait au développement de la maladie de Parkinson. Des chercheurs ont montré que l'utilisation de nanoparticules acidifiantes restaure la dysfonction lysosomale prévalente dans les modèles cellulaires génétiques et neurotoxiques de cette maladie. Sur cette image, les nanoparticules sont importées efficacement dans la cellule et dirigées vers les lysosomes dont elles sont capables de corriger le pH anormalement élevé induit par différentes mutations impliquées dans la maladie de Parkinson. Elles sont importées dans la cellule 15 minutes après l'exposition, et dirigées vers l’intérieur du lysosome au bout de 24 heures. La simple restauration de l'acidité des lysosomes s'avère être une piste thérapeutique intéressante.

Institut(s)

Délégations(s)

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.