Retour au reportage Retour au reportage
20220126_0067

© Cyril FRESILLON / MSH – LSE / CNRS Images

Reference

20220126_0067

Captation sonore des gestes des tuiliers du château de Guédelon, Yonne

Captation sonore du mélange de la terre glaise utilisée pour fabriquer des carreaux de pavement et des tuiles au château de Guédelon, dans l’Yonne. Plusieurs micros hyper-cardioïdes (qui captent le son vers l’avant) munis de systèmes HF captent les sons de la terre humide mélangée par un tuilier avec du sable et de la paille, et l’impact de sa pelle contre le bois du baquet. Leur nombre permettra de retrouver en laboratoire la densité et la spatialisation du paysage sonore. L’archéologie du paysage sonore étudie les ambiances sonores passées qu’elle restitue sous forme de modèles à écouter. Ils sont réalisés avec des sons encore présents aujourd’hui, comme à Guédelon, un chantier expérimental qui recrée ou retrouve les savoir-faire des bâtisseurs du XIIIe siècle. Les scientifiques y étudient les sons des gestes artisanaux et des transformations de la matière qui en résultent, pour comprendre leurs articulations. Ce travail participe à la conservation du patrimoine culturel immatériel en archivant des sons d’artisanats traditionnels. L’étude des sons de la matière peut aussi compléter une formation artisanale classique. Enfin, la sensorialité constitue un prisme original pour la recherche et la médiation sur le patrimoine. Dans le cadre du chantier scientifique de Notre-Dame de Paris, l’archéologie du paysage sonore reconstitue les ambiances de la première période de construction de la cathédrale, avant 1170, pour mieux comprendre son architecture et restaurer son acoustique d’origine.

Référent(s) scientifique(s)

CNRS Institute(s)

Regional office(s)

CNRS Images,

Our work is guided by the way scientists question the world around them and we translate their research into images to help people to understand the world better and to awaken their curiosity and wonderment.