Uniquement disponible pour exploitation non commerciale
© CNRS - 2022

Prix spécial de la Médiation scientifique 2022 : Jean Claude Ameisen

Sur les épaules de Darwin

Numéro de notice

7547

Durée

00:03:00

Année de production

2022

Versions

Support Original

HD
16/9
Couleur
Sonore

Transcription


Intervenant : Jean Claude Ameisen

« Nous réalisons rarement jusqu'à quel point notre capacité à partager des états mentaux, des états affectifs, des états émotionnels, des états d'intention. Donc, ce qui a vraiment comme vie intérieure dépend des mouvements de notre corps. » (Archives)

Je suis médecin et chercheur et mes recherches exploraient l'autodestruction cellulaire. C'était un domaine de recherche qui était mal connu à l'époque et qui me bouleversait. Et j'ai ressenti le besoin de partager.

J'ai écrit un livre : La sculpture du vivant, le suicide cellulaire ou la mort créatrice. J'y décrivais non seulement les implications scientifiques et médicales de ces découvertes, mais aussi les résonances possibles entre cette nouvelle vision des relations entre la vie et la mort et nos représentations culturelles, anthropologiques, philosophiques.

« L'empathie est un élément essentiel de la construction de tout lien social, mais d'un autre côté, elle ne préjuge pas de la nature du lien social que nous allons construire. » (Archives)

J'ai toujours été passionné par la transdisciplinarité, par le croisement des regards. Et quand, plus tard, j'ai plongé dans la réflexion éthique, j'ai découvert une autre forme de transdisciplinarité. Biologiste, médecin, philosophe, juriste, sociologue, citoyen d'origines diverses, nous réfléchissions ensemble aux implications des avancées des sciences en termes de respect des droits humains. Et nous partagions ces réflexions avec la société.

Jingle : « Sur les épaules de Darwin Jean-Claude Ameisen »

En termes de nombre et de diversité des personnes touchées, c'est mon émission radio sur les épaules de Darwin, 1 heure chaque samedi sur France-Inter. Quand j'ai arrêté, il y avait chaque samedi 1 700 000 auditeurs. Ça a été une aventure extraordinaire. Pendant dix ans, avec une entière liberté, seul, j'ai choisi mes sujets, j'ai plongé dans les revues scientifiques, dans les livres, j'ai écrit et dit mon émission. Et un réalisateur l'habillait ensuite de musique.

« Si nous sommes capables de voir plus de choses et de voir plus loin, c'est parce que nous nous tenons sur les épaules des géants. » (Archives sonore)

Dès le début, j'ai choisi la forme du conte qui remonte à l'enfance et qui parle à chacun. Et je suis toujours un étudiant. Et à mesure que j'ai tissé ces textes en y mêlant émotion et raison, arts et sciences, je n'ai pas cessé d'apprendre et c'est cette passion que j'ai voulu transmettre.

« La philosophie est décrite dans ce livre gigantesque qui est en permanence ouvert devant nos yeux. Je parle de l'univers. » (Archives sonore)

Mon émerveillement dans le chant des baleines, la course des étoiles, la danse des abeilles, la force et la fragilité de notre mémoire, notre ancienne parenté avec le monde vivant qui nous entoure et qui nous a donné naissance. En redécouvrant chaque fois, comme le disait Einstein, que la plus belle expérience que nous puissions faire est la découverte du mystérieux, car là est la source de tout vrai art et de toute vraie science.

Réalisateur(s)

Julien DESCHAMPS

Résumé

Sur les épaules des géants… Prix spécial de la médiation scientifique pour Jean Claude Ameisen

« On voit plus loin, sur les épaules des géants ».
Chaque samedi durant plus de dix ans sur France Inter, seul au micro, Jean Claude Ameisen a interrogé notre humanité face aux bouleversements du monde. Dans son émission Sur les épaules de Darwin, qui réunissait chaque semaine plus de 1,5 million d'auditeurs et a reçu plusieurs prix, il abordait des sujets éclectiques, de la théorie de l'évolution aux travaux scientifiques les plus récents, accompagnés par des textes d'écrivains, scientifiques, artistes et poètes. « Ressentir permet de mieux comprendre, et comprendre permet de mieux ressentir », dévoile le médecin, immunologiste, spécialiste reconnu de la mort cellulaire programmée, ancien directeur de l'unité Inserm U415 à l'Institut Pasteur de Lille, et président d'honneur du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). Il est l'auteur notamment de La sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice. « Je pense que la démarche scientifique doit être une composante à part entière de notre culture, comme les arts ou la philosophie », milite-t-il, en plus de ses engagements scientifiques et dans la réflexion éthique.

Avec la médaille de la médiation scientifique, le CNRS récompense des femmes et des hommes qui mettent la science au coeur de la société et diffusent une information scientifique accessible à différents publics.

Personnalité(s)

Référent(s) scientifique(s)

Thématiques scientifiques

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.