20230108_0002
Open media modal

Ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut être observé…

Photo
20230108_0002
Ophiure gorgonocéphale sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0003
Open media modal

Ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut être observé…

Photo
20230108_0003
Ophiure gorgonocéphale sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0004
Open media modal

Ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut être observé…

Photo
20230108_0004
Ophiure gorgonocéphale sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0005
Open media modal

Ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut être observé…

Photo
20230108_0005
Ophiure gorgonocéphale sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0006
Open media modal

Ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut être observé…

Photo
20230108_0006
Ophiure gorgonocéphale sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0007
Open media modal

Détail d'une ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut…

Photo
20230108_0007
Détail d'une ophiure gorgonocéphale, sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0008
Open media modal

Détail d'une ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut…

Photo
20230108_0008
Détail d'une ophiure gorgonocéphale, sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0009
Open media modal

Détail d'une ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut…

Photo
20230108_0009
Détail d'une ophiure gorgonocéphale, sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0010
Open media modal

Détail d'une ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut…

Photo
20230108_0010
Détail d'une ophiure gorgonocéphale, sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230108_0011
Open media modal

Détail d'une ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut…

Photo
20230108_0011
Détail d'une ophiure gorgonocéphale, sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
20230107_0001
Open media modal

Réplique expérimentale de perles en coquillages avec un colorant organique rouge natoufien à base de racines de Rubiacées. Les chasseurs-cueilleurs de la culture natoufienne, qui s’est développée entre -13 000 et -9 650 ans au Proche-Orient, seraient les premiers à avoir utilisé des pigments rouges d’origine organique. Cette découverte fait suite à l’analyse de perles et des parures provenant de la grotte de Kebara, sur le Mont Carmel, en Israël, conservées au musée Rockefeller de Jérusalem. La…

Photo
20230107_0001
Réplique expérimentale de perles en coquillages avec un colorant organique rouge natoufien
20230107_0002
Open media modal

Blocs d'hématite avec des marques de grattage réalisées par des silex, datant du Natoufien ancien et mis au jour dans la grotte de Kebara, sur le Mont Carmel, en Israël. L’étude des parures issues de cette grotte permet de mieux comprendre les pratiques ornementales et les procédés de fabrication des colorants dans la culture natoufienne, qui s’est développée entre -13 000 et -9 650 ans au Proche-Orient. Les Natoufiens utilisaient une technique de chauffage contrôlé des ornements en os pour…

Photo
20230107_0002
Blocs d'hématite ayant servi pour la fabrication de pigments rouges, Natoufien, grotte de Kebara, Israël
20230108_0001
Open media modal

Ophiure gorgonocéphale, "Gorgonocephalus arcticus", que l'on appelle aussi ophiure panier, sur les tombants de la Basse du Colombier, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa présence est un bon indicateur de la biodiversité. Les ramifications des bras de cette ophiure lui servent à capturer ses proies, majoritairement du zooplancton. Lorsque que ces dernières sont en quantité suffisante, les bras s’enroulent successivement pour les ramener vers sa bouche. Ce phénomène peut être observé…

Photo
20230108_0001
Ophiure gorgonocéphale sur les tombants de la Basse du Colombier, Saint-Pierre-et-Miquelon
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait de Tâm Mignot, Médaille d'argent 2023 du CNRS, directeur de recherche en microbiologie et directeur du Laboratoire de chimie bactérienne. Myxococcus xanthus est une bactérie prédatrice essentielle à l'écologie des sols. Elle est capable de se déplacer en glissant sur des surfaces solides pour se nourrir d'autres micro-organismes. Elle est au coeur des travaux de renommée internationale de Tâm Mignot qui a notamment découvert le mécanisme moléculaire qu…

Vidéo
7814
Médaille d'argent 2023 : Tâm Mignot, chercheur en microbiologie
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait de Dorothea vom Bruch, Médaille de bronze 2023 du CNRS, chargée de recherche CNRS au Centre de physique des particules de Marseille (CPPM), spécialiste de la physique des particules et du traitement de données en temps réel. Dès son doctorat de physique des particules, décroché à l'université d'Heidelberg (Allemagne) en 2017, Dorothea vom Bruch développe une double expertise d'analyste et d'expérimentatrice. D'un côté elle se spécialise dans la recherche de…

Vidéo
7815
Médaille de bronze 2023 : Dorothea vom Bruch, chercheuse en physique des particules
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait d'Hélène Launay, Médaille de bronze 2023 du CNRS, chargée de recherche au laboratoire Bioénergétique et ingénierie des protéines (BIP), elle déchiffre les régulations impliquées dans l'assimilation du CO2 chez les microalgues. Hélène Launay est spécialisée en biochimie structurale qu'elle étudie grâce à la Résonnance magnétique nucléaire (RMN). Elle a forgé son expertise dans cette technique au cours de son doctorat, obtenu en 2011, et de ses deux postdoctorats…

Vidéo
7816
Médaillz de bronze 2023 : Hélène Launay, chercheuse en biochimie
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait d'Isabelle Dautriche, Médaille de bronze 2023 du CNRS, chercheuse au Laboratoire de psychologie cognitive, spécialiste du développement du langage chez le nourrisson et l'enfant humain. De leur premier mot jusqu'à la formulation et la compréhension de phrases complexes, comment les enfants apprennent-ils leur langue en à peine quelques années ? Derrière cette étonnante facilité d'apprentissage se cache pourtant un problème complexe. Isabelle Dautriche, entrée au CNRS…

Vidéo
7817
Médaille de bronze 2023 : Isabelle Dautriche, chercheuse en développement du langage
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait de Corinne Pardo, Médaille de cristal 2023 du CNRS, ingénieure de recherche au sein de la fédération de recherche Écosystèmes continentaux et risques environnementaux et responsable scientifique et technique du LabEx DRIIHM sur les interactions hommes-milieux. Lors de sa formation, Corinne Pardo se familiarise avec des questions mêlant les sciences de la vie, l'écologie et les dynamiques territoriales. Elle obtient ensuite un doctorat en géographie environnementale,…

Vidéo
7818
Médaille de cristal 2023 : Corinne Pardo, ingénieure de recherche en environnement et écologie
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait d'Eric Vigeolas, Médaille de cristal 2023 du CNRS, ingénieur de recherche en mécanique et mécatronique au Centre de physique des particules de Marseille (CPPM), chef de projet sur le trajectographe ITK2 de l'expérience Atlas du Grand collisionneur de hadrons (LHC). En 1997, Éric Vigeolas entre au CNRS et intègre le CPPM. Ingénieur créatif et inventif, ses travaux sont marqués par une grande diversité thématique. Il coordonne en partie les activités mécaniques de…

Vidéo
7819
Médaille de cristal 2023 : Eric Vigeolas, ingénieur de recherche en mécanique et mécatronique
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait de Marie Pellen, Médaille de cristal 2023 du CNRS, directrice d'OpenEdition Center, membre de l'Observatoire de l'Édition scientifique et du groupe de travail Édition science ouverte du Comité pour la science ouverte. En 2007, Marie Pellen intègre le Centre pour l'édition électronique ouverte, devenu OpenEdition Center en 2018, qui propose quatre plateformes majeures de diffusion scientifique en accès ouvert. D'abord assistante de documentation, puis chargée de la…

Vidéo
7820
Médaille de cristal 2023 : Marie Pellen, ingénieure de recherche en science ouverte
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Portrait de Thierry Legou, Médaille de cristal 2023 du CNRS 2, ingénieur de recherche en développement d'instrumentation scientifique au Laboratoire parole et langage (LPL). Ingénieur de recherche au LPL depuis 2006, Thierry Legou se distingue par sa grande technicité et la créativité de son travail, combinant des aspects mécaniques, électroniques, acoustiques, de traitement de signaux (neuro)physiologiques et informatiques liés à la parole. Il a réalisé pour le projet…

Vidéo
7821
Médaille de cristal 2023 : Thierry Legou, ingénieur de recherche en instrumentation pour la parole
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Fondé par Didier Bourlès, le Laboratoire national des nucléides cosmogéniques (LN2C) offre depuis 2006 à l'ensemble de la communauté française un accès direct à la mesure de la concentration de nucléides cosmogéniques dans des échantillons naturels. L'ambition : lever des verrous scientifiques sur les aléas naturels ou les variations climatiques. Les nucléides cosmogéniques, produits par l'interaction des particules du rayonnement cosmique et de certains atomes de l'environnement…

Vidéo
7822
Cristal collectif 2023 : LN2C, Laboratoire national des nucléides cosmogéniques
20230066_0054
Open media modal

Réalisation d’un modèle expérimental de subduction dans une boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm remplie de sirop de glucose. Ce matériau visqueux est analogue au manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. Le boîte représente l’équivalent dans la nature de 6600 km par 6600 km par 660 km. Sur le sirop est déposée une plaque de silicone noire, un matériau visqueux analogue d’une plaque océanique. Cette expérience permettra de reproduire la dynamique des zones…

Photo
20230066_0054
Réalisation d’un modèle expérimental de subduction dans une boîte de plexiglas
20230066_0055
Open media modal

Réalisation d’un modèle expérimental de subduction dans une boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm remplie de sirop de glucose. Ce matériau visqueux est analogue au manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. Le boîte représente l’équivalent dans la nature de 6600 km par 6600 km par 660 km. Sur le sirop est déposée une plaque de silicone noire, un matériau visqueux analogue d’une plaque océanique. Cette expérience permettra de reproduire la dynamique des zones…

Photo
20230066_0055
Réalisation d’un modèle expérimental de subduction dans une boîte de plexiglas
20230066_0056
Open media modal

Réalisation d’un modèle expérimental de subduction dans une boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm remplie de sirop de glucose. Ce matériau visqueux est un analogue du manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. Le cube représente l’équivalent de 6600 km par 6600 km par 660 km dans la nature. Sur le sirop sont déposées deux plaques de silicone, un matériau visqueux analogue des plaques (lithosphères) terrestres. La noire représente la plaque plongeante dont la…

Photo
20230066_0056
Réalisation d’un modèle expérimental de subduction dans une boîte de plexiglas
20230066_0057
Open media modal

Numérisation en 3D, grâce à un laser de laboratoire, de la topographie d'un modèle de subduction dans une boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm remplie de sirop de glucose. Ce matériau visqueux est analogue au manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. La boîte représente l’équivalent de 6600 km par 6600 km par 660 km dans la nature et permet de reproduire la dynamique des zones de subduction sur Terre, lorsque les plaques tectoniques convergent et qu'une…

Photo
20230066_0057
Numérisation en 3D, grâce à un laser de laboratoire, de la topographie d'un modèle de subduction
20230066_0058
Open media modal

Numérisation en 3D, grâce à un laser de laboratoire, de la topographie d'un modèle de subduction dans une boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm remplie de sirop de glucose. Ce matériau visqueux est analogue au manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. La boîte représente l’équivalent de 6600 km par 6600 km par 660 km dans la nature et permet de reproduire la dynamique des zones de subduction sur Terre, lorsque les plaques tectoniques convergent et qu'une…

Photo
20230066_0058
Numérisation en 3D, grâce à un laser de laboratoire, de la topographie d'un modèle de subduction
20230066_0059
Open media modal

Numérisation en 3D, grâce à un laser de laboratoire, de la topographie d'un modèle de subduction dans une boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm remplie de sirop de glucose. Ce matériau visqueux est analogue au manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. La boîte représente l’équivalent de 6600 km par 6600 km par 660 km dans la nature et permet de reproduire la dynamique des zones de subduction sur Terre, lorsque les plaques tectoniques convergent et qu'une…

Photo
20230066_0059
Numérisation en 3D, grâce à un laser de laboratoire, de la topographie d'un modèle de subduction
20230066_0060
Open media modal

Détail d'une zone de subduction dans un modèle expérimental après plusieurs minutes d’expérience. La plaque de silicone noire, un matériau visqueux analogue d’une plaque océanique, s’est enfoncée sous l’effet de son propre poids entraînant le déplacement de la fosse de subduction, à l’interface entre les deux plaques. Les carrés noirs, dessinés initialement à la surface de la plaque chevauchante rose, permettent de visualiser et de quantifier à posteriori la déformation subie par cette dernière…

Photo
20230066_0060
Détail d'une zone de subduction dans un modèle expérimental après plusieurs minutes d’expérience
20230066_0061
Open media modal

Séparation des plaques de silicone d'un modèle expérimental de subduction. A la fin de l'expérience, les plaques sont extraites de la boîte et nettoyées pour les débarrasser des résidus de sirop restants. Une fois propres, les silicones pourront être réutilisées lors d’une prochaine expérience. La boîte de plexiglas de 1 m par 1 m par 10 cm est remplie de sirop de glucose, un matériau visqueux analogue du manteau convectif terrestre, sur lequel reposent les plaques tectoniques. Elle représente…

Photo
20230066_0061
Séparation des plaques de silicone d'un modèle expérimental de subduction
20230113_0004
Open media modal

Mousse solide de polymère dont les pores de 3 mm sont fermés par de fines membranes. Les mousses solides membranaires sont des mousses de polymère obtenues après solidification d’une mousse liquide. Les pores de ces matériaux sont délimités par des membranes de quelques micromètres qui ont perdu leur élasticité après le processus de solidification. Les pores fermés modifient drastiquement la propagation des ondes : les membranes n’étant pas élastiques, aucune résonnance n’est observée mais leur…

Photo
20230113_0004
Mousse solide de polymère dont les pores sont fermés
20230014_0001
Open media modal

Photocapteurs pour une boussole céleste à moindre impact environnemental conçue dans le cadre de l'appel à projet Sobriété-Frugalité de la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires (MITI) du CNRS. Ce projet de boussole céleste a été développée par l'équipe systèmes bio-inspirés à l’Institut des sciences du mouvement et par l’Institut des matériaux, de microélectronique et des nanosciences de Provence. Elle doit permettre de trouver son cap grâce à la lumière UV polarisée…

Photo
20230014_0001
Photocapteurs pour une boussole céleste à moindre impact environnemental
Open media modal

Se pourrait-il que l'eau renferme une source d'énergie presque inépuisable et surtout à portée de tous ? Et si l'hydrogène redessinait les contours de notre futur ? Face au changement climatique mondial les quantités de CO2 issues des industries et des transports qui sont rejetés dans l'atmosphère sont largement pointés du doigt. Afin que l'humanité et la planète puissent envisager un futur viable à l'horizon 2100, il est urgent de trouver une…

Vidéo
7634
Hydrogène, la révolution verte ?
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

La sécheresse devient un problème planétaire. Certaines régions du globe font face à un manque d'eau extrême. Direction l'Arizona où une méga-sécheresse persiste depuis maintenant vingt ans. Là-bas, un groupe de chercheurs américains et français étudie les rivières intermittentes : des cours d'eau fragiles, qui ne coulent pas en permanence. La rivière Santa Cruz s'étendait sur 300km. L'eau a permis l'implantation de villes et le développement de l'agriculture. Mais…

Vidéo
7637
Au chevet des rivières d'Arizona
Open media modal

Mystérieux chefs-d'oeuvre anonymes du musée de Cluny, les six tapisseries qui composent la célèbre Dame à la licorne ont perdu une partie de leurs couleurs au fil des siècles et des restaurations. Venez découvrir comment les scientifiques du laboratoire Archéosciences de Bordeaux tentent d'en percer les secrets et de recréer les recettes médiévales des colorants, avec l'aide d'une teinturière.

Vidéo
7638
Enquête sur les couleurs de la Dame à la licorne
Open media modal

Uniquement disponible pour exploitation non commerciale

Un étrange phénomène frappe plusieurs oeuvres réalisées à Paris à la fin des années 1950, notamment des tableaux de Pierre Soulages : la peinture se ramollit et redevient liquide. Pour comprendre les causes de ces altérations, on vous emmène aux Abattoirs, Musée – Frac Occitanie de Toulouse, suivre une équipe de scientifiques lancée dans une grande campagne d'analyse des composants de peinture, grâce à des techniques d'imagerie non-invasives novatrices.

Vidéo
7679
Soulages : Au coeur de la peinture
20230050_0007
Open media modal

Fresque "Sport & science, l’union fait la force" à la station de métro Montparnasse-Bienvenüe, à Paris. En 2023 et 2024, la France accueillera de grands évènements sportifs internationaux. Ces rendez-vous festifs stimulent la recherche pour aider athlètes et amateurs à aller toujours plus vite, plus haut, plus fort. La fresque "Sport & science, l’union fait la force" conçue par le CNRS en partenariat avec la RATP, met en lumière les domaines liés à l’activité physique que les scientifiques…

Photo
20230050_0007
Fresque "Sport & science, l’union fait la force", métro Montparnasse-Bienvenüe, Paris
20230050_0008
Open media modal

Fresque "Sport & science, l’union fait la force" à la station de métro Montparnasse-Bienvenüe, à Paris. En 2023 et 2024, la France accueillera de grands évènements sportifs internationaux. Ces rendez-vous festifs stimulent la recherche pour aider athlètes et amateurs à aller toujours plus vite, plus haut, plus fort. La fresque "Sport & science, l’union fait la force" conçue par le CNRS en partenariat avec la RATP, met en lumière les domaines liés à l’activité physique que les scientifiques…

Photo
20230050_0008
Fresque "Sport & science, l’union fait la force", métro Montparnasse-Bienvenüe, Paris

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.