20040001_0264
© Jérôme CHATIN/CNRS Photothèque

Effet cytopathique dû au virus de la rougeole : le tapis cellulaire, continu avant l'infection, est

Référence

20040001_0264

Année de production

2004

Taille maximale

25.47 x 16.59 cm / 300 dpi

Légende

Effet cytopathique dû au virus de la rougeole : le tapis cellulaire, continu avant l'infection, est devenu discontinu, avec des syncytia (cellules multinucléées) alternant avec des plages vides dépourvues de cellules. Certains virus produisent sur les cellules qu'ils infectent un effet toxique (cytopathique) qui se traduit par la mort cellulaire programmée (apoptose) en fin de cycle viral. Le virus de la rougeole induit, dans la cellule infectée, la synthèse de molécules de glycoprotéine de surface, qui, en s'insérant dans la membrane plasmique de la cellule, favorise sa fusion avec les cellules voisines. Il en résulte un syncytium, correspondant à une cellule géante à multiples noyaux et dont les cytoplasmes ont fusionné.

Délégation(s)

CNRS Images,

Nous mettons en images les recherches scientifiques pour contribuer à une meilleure compréhension du monde, éveiller la curiosité et susciter l'émerveillement de tous.